Péreybère : Tatiana championne de voile à 15 ans

Avec le soutien de

Tatiana Mathieu, âgée de 15 ans est une passionnée de voile. Elle est montée sur la plus haute marche du podium lors de la seconde édition de la Coupe de l’océan Indien, aux Seychelles.

A 15 ans seulement, elle compte déjà six années de pratique de la voile et rêve de faire un jour le tour du monde en solitaire. Tatiana Mathieu, passionnée et fonceuse dans l’âme, a brillé sur la plus haute marche du podium lors de la seconde édition de la Coupe de l'océan Indien, aux Seychelles.
 
«Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années.» Ces mots bien connus de Pierre Corneille s’appliquent parfaitement à Tatiana Mathieu. La jeune fille de 15 ans a été la seule représentante de l’équipe de voile mauricienne à recevoir une médaille d’or aux Seychelles dans le cadre de la seconde édition de la Coupe de l’océan Indien. La compétition, qui s’est tenue du 7 au 19 août dans les eaux de Mahé a vu la participation de 12 barreurs mauriciens et Tatiana Mathieu, élève en Form IV au collège Friendship, a remporté la victoire en laser 4.7 avec 12 points, suivie d’une Réunionnaise qui a elle comptabilisé 16 points. Sa performance lui a en outre valu d’être nommée marraine de l’école de voile du Caudan destinée aux enfants de sept à 12 ans.
 
Mais pourquoi Tatiana s’est-elle orientée vers cette discipline en particulier ? En fait, quand elle avait huit ans, elle accompagnait son père, Jean-Noël au Yacht Club de Grand-Baie, où il travaille et la fillette avait accès aux différentes activités nautiques. C’est là que tout a commencé. Elle ne tardera pas à découvrir le Centre de voile qui se trouve non loin de là et demandera à son père de l’y inscrire. Ainsi, à neuf ans, elle sera initiée à la discipline qu’elle a choisie.
 
Dans un premier temps, Nadine, la mère de Tatiana, a un peu peur pour sa fille. «Li enn disiplin danzere ek pa tou dimoun ki kapav fer li, sirtou ki mo ena enn sel tifi», confie-t-elle. Toutefois, au fil des mois, en regardant sa fille naviguer et en constatant ses progrès, la mère se rassure. «Mo fier kan mo trouv mo tifi pe fer la vwal ek sirtou li tousel tifi ki represant Maurice», affirme-t-elle désormais. Pour son père, que sa fille se mette à la voile n’a jamais été un problème, d’autant plus qu’il fait généralement partie du jury lors de régates. «Mwa tou letan monn fer mo tifi konfians parski mo konn so kapasite», fait-il remarquer.
 
Jusqu’à 2012, Tatiana navigue sur un Optimist - petit voilier destiné à l’usage des enfants jusqu’à 15 ans - mais elle est aujourd’hui passée au laser 4.7. Durant ses six années de voile, la jeune fille avoue n’avoir eu peur qu’une seule fois en 2012, quand elle était à La Réunion pour une compétition. «Sa zour la, mo ti sel tifi ek tou bann lezot partisipan ti bann garson. Mo ti deziem me telman mo bato ti pe devire a koz labriz monn trouv tou bann lezot partisipan pas divan mwa ek monn sort siziem. Sa zour la mo ti pe per rekin parski ti ena osi enn rimer ki swa disan ti ena rekin laba», se remémore-t-elle.
 
Ses études lui demandant davantage de temps, Tatiana ne peut actuellement s’entraîner autant qu’avant. Elle pratique donc la voile seulement les samedis, de neuf à 16 heures. Cela n’empêche pas la collégienne de chérir un rêve : celui de faire le tour du monde à la voile en solitaire. Son avenir professionnel, elle l’envisage aussi dans le domaine de la voile. La jeune sportive qui se dit reconnaissante envers ses entraîneurs Mike Lafleur et Dany Ramasawmy, se prépare en ce moment pour la prochaine Coupe de l’océan Indien qui se tiendra en 2014, à Grand-Baie. «Mo bizin gagne sann fwa la osi sirtou ki mo pou zoue lor mo terin». Propos d’une jeune battante bien décidée à défendre les couleurs de son île.
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires