Peine de mort et abolition du quota sucre de l’UE: le MSM et le PTr croisent le fer

Avec le soutien de

Le secrétaire général du MSM, Nando Bodha a notamment critiqué l’Etat pour avoir négligé le dossier sucre. Tandis que Patrick Assirvaden, président du PTr, affirmait le contraire.

Le gouvernement a fait preuve d’incompétence sur le dossier sucre, martèle le MSM. Au même moment, le PTr indiquait que l’Etat n’a pas ménagé ses efforts pour convaincre l’UE. Lors des conférences de presse respectives des deux partis politiques ce samedi 15 février, l’introduction de la peine de mort a aussi été un autre sujet démontrant leur position divergente…

Au MSM, le ton est alarmiste. Nando Bodha soutient que le gouvernement n’a pas de «volonté politique pour régler sa problem la». Il fait référence à l’abolition du quota sucre par l’Union européenne en 2017.  Lors du point de presse du parti politique ce samedi 15 février, le secrétaire général du MSM a aussi prévenu qu’avec la prochaine baisse du prix du sucre par 35 % en 2017, l’industrie sucrière connaîtra un tsunami.

La réplique du côté du PTr se faisait déjà entendre au Square Guy Rozemont presque au même moment. Le débat, a indiqué le président du PTr, Patrick Asssirvaden se déroule au plus haut niveau avec la prise de position du président de la République. Il a tenu à préciser que le gouvernement actionne tous les leviers pour que l’EU revienne sur sa décision.

Peine de mort: le PTr en faveur d’un référendum, pas de «party line» au MSM

Autre sujet sur lequel les deux partis affichent leur divergence : la peine de mort. Sir Anerood Jugnauth est mal placé pour parler de la réintroduction de la  mort par pendaison pour les criminels, a déclaré Patrick Assirvaden. Le leader du MSM avait en fait clairement pris position en faveur de la peine capitale lors d’un point de presse la semaine dernière.

Mais, pour Patrick Assirvaden, «li pe rod tir enn capital politik lor bann crim ki pe ena aster la». Et de rappeler que c’est SAJ lui-même qui avait suspendu la peine capitale car il s’agissait-là d’une condition que lui aurait imposé son éventuel partenaire au sein d’une alliance en 1995.

Le PTr, a ajouté le président de ce parti, est pour un référendum sur l’introduction de la peine capitale. Tandis qu’au MSM, l’on souligne qu’il n’y a pas de «party line» sur cette question. Interrogé par la presse, le secrétaire général du parti a indiqué que s’il y a une motion en ce sens, les députés du MSM voteront en leur âme et conscience.

Conflit ministre des Finances-Bheenick

Le MSM a d’autre part commenté le conflit qui oppose le gouverneur de la Banque centrale, Rundheershing Bheenick et le ministre des Finances au sujet de l’excès de liquidités. L’un comme l’autre sont publiquement montés au créneau pour défendre leur position. A ce titre, le ministre Duval n’a, lui, pas hésité à émettre deux communiqués de presse pour s’attaquer frontalement à la politique de la Banque de Maurice.

«Le conflit entre Xavier Duval et Bheenick a repris de plus bel. C'est l'image du pays qui prend un sale coup. C’est un mauvais signal pour le monde des affaires alors que Maurice est connue comme étant un centre financier extrêmement important en Afrique»,a commenté Nando Bodha. Et d’ajouter que «le pays va vers une crise économique sans précédent. Il est regrettable que le PM reste silencieux».

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires