Peine de 30 ans de réclusion ramenée à 20 pour un trafiquant de drogue

Avec le soutien de

L’accusé a, en effet, bénéficié d’une réduction sur sa peine par la Cour Suprême. Cependant, les Rs 100,000 d’amende infligée par la Cour intermédiaire ont été maintenues contre ce trafiquant de drogue.

Dans leur jugement, le Senior Puisne Judge Kesoe Parsad Matadeen et le juge Saheed Backaurally rappellent que, selon le Dangerous Drugs Act, la sentence maximale à être infligée pour un délit de trafic de drogue ne doit pas dépasser 20 ans de réclusion en Cour intermédiaire et que, si un accusé est condamné sous deux inculpations, la sentence ne devrait pas dépasser 30 ans.

Toutefois, les juges sont catégoriques sur le fait qu’Ahmad Reshad Khaidoo mérite d’être en prison. En effet, cet homme de 55 ans est loin d’être un enfant de cœur. Condamné à plus de dix reprises dans le passé, il semble n’avoir jamais retenu sa leçon. Les juges soulignent que Khaidoo a été condamné à 30 ans juste après avoir fait quatre ans de réclusion pour une autre affaire de drogue.

Quant à son comportement en prison, c’est pire. L’affidavit, juré par l’assistant surintendant des prisons, évoque les problèmes qu’a causés le détenu. Il a enfreint en onze occasions les règlements internes de la prison. Il a abîmé la porte de trois cellules, dont celle où il est détenu, a endommagé des caméras de surveillance, a tabassé des officiers de la prison ainsi que d’autres détenus et a même jeté de l’urine sur un autre prisonnier. Sa seule bonne note est dans les activités religieuses et spirituelles où il est très actif, selon l’assistant surintendant de prison.

La Cour suprême est, d’autre part, convaincue qu’il est bel et bien un trafiquant de drogue. 775 milligrammes d’héroïne avaient été saisis dans sa voiture et 5.61 grammes chez sa concubine. Khaidoo avait avoué que la drogue était à lui mais ne voulait pas porter le chapeau de trafiquant, conscient des lourdes peines de prison que cela encourent. Les machines de soudure de plastiques et autres isolantes, saisies à son domicile, étaient, selon lui, utilisées pour faire des glaces, plus connues sous le nom de «pixi doux» à Maurice.

Une histoire qui n’a pas convaincu la Cour intermédiaire et qui n’a pu berner non plus le Senior Puisne Judge Kesoe Parsad Matadeen et le juge Saheed Backaurally.

Ils ont d’ailleurs conclu dans leur jugement qu’Ahmad Reshad Khaidoo représente un danger pour le public et que c’est dans l’intérêt du public que la sentence est maintenue. Ahmad Reshad Khaidoo avait retenu les services de Me Raouf Gulbul pour son procès d’appel en Cour suprême.

&nbsp


&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires