Paul Bérenger veut-il, à son tour, mettre le président au pied du mur ?

Avec le soutien de

Paul Bérenger n’affiche plus le même enthousiasme quand il parle de « Remake 2000 ». Ce qui laisse perplexes certains militants de gauche alors que d’autres y voient un message envoyé à Sir Anerood Jugnauth. Pour&nbsp Ram Seegobin, par exemple,&nbsp il s’agirait&nbsp d’un caillou lancé dans le jardin du Réduit même s’il maintient que le message principal est adressé à Navin Ramgoolam.

A quoi joue donc le leader du Mouvement militant mauricien (MMM) ? En l’espace d’une semaine,&nbsp il change son fusil d’épaule et émet des doutes sur la réalisation d’une réédition de l’alliance entre son parti et le Mouvement socialiste militant (MSM) selon les principes édictés en septembre 2000.

La semaine dernière, quelques heures seulement avant que le Comité central ne se prononce sur le « principe du Remake de 2000 », le leader des mauves affichait sa certitude quant à la capacité de l’opposition parlementaire MMM-MSM de mettre en minorité le gouvernement de Navin Ramgoolam. Il avait même évoqué la possibilité d’une motion de censure à l’encontre du chef du gouvernement. Une motion qui aurait entraîné des élections générales anticipées.

Mais ce fût un changement de discours radical lors de sa conférence de presse du vendredi 9 mars. Paul Bérenger a de forts doutes sur un vote favorable à sa motion de censure annoncée en grande pompe six jours plus tôt. « Et sans motion de censure à la l’Assemblée nationale, pas de Remake », fait ressortir le leader de l’opposition.

Que s’est-il passé entre temps ? Selon nos recoupements d’informations,&nbsp ce changement de ton, les membres du Bureau politique mauve en avaient déjà fait l’expérience lors de la réunion du lundi 5 février. Un revirement de la situation que certains dirigeants du MMM avaient reçu comme une douche froide. Beaucoup étaient sortis de la réunion « déçus » et&nbsp convaincus que le Remake 2000 était un mort-né.

Toutefois,&nbsp après la conférence de presse de son leader, un membre du Bureau politique croit voir dans le nouveau move de Bérenger une manière de maintenir une ligne dure dans les négociations face au MSM,&nbsp mais plus encore envers Sir Anerood Jugnauth. Depuis quelques semaines déjà,&nbsp il se chuchote du côté du MMM&nbsp et du MSM&nbsp que c’est le président de la République que s’occupe personnellement à faire tomber le gouvernement de Navin Ramgoolam.

« Il est clair que Paul a réalisé que ce ne sera pas aussi facile que prévu. Alors, maintenant qu’il a donné une garantie à son interlocuteur dans les négociations sur le&nbsp Remake, il en veut une aussi en retour », affirme ce membre du Bureau politique du MMM.

Une analyse partagée par un membre du Comité central et un député mauve qui pensent que Paul Bérenger&nbsp est en train de « challenge » Jugnauth père. Le poussant à activer ses contacts avec les éventuels dissidents rouges.

Ram Seegobin, principal animateur du parti de gauche Lalit, y voit également « une petite pierre » lancée dans le jardin de Sir Anerood Jugnauth. Toutefois, il maintient sa position : toutes les déclarations rocambolesques de Paul Bérenger sur le Remake, la motion de censure, ou encore le retour sur la scène politique de l’ancien leader du MSM, s’inscrivent uniquement dans le cadre des « tractations entre Paul Bérenger et Navin Ramgoolam ». « Il veut forcer le leader du PTr à retourner à la table des négociations », conclut Ram Seegobin.

La Rdaction.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires