Paul Bérenger s’explique et marque une présence médiatique

Avec le soutien de

Les députés du Mouvement Militant Mauricien (MMM) étaient absents de l’Assemblée nationale ce 16 décembre. Toutefois le bureau politique de ce parti a marqué sa présence médiatique en tenant une conférence de presse, animée par son leader Paul Bérenger. A l’agenda, l’explication de l’absence des élus mauves du Parlement, et des éclaircissements sur les décisions de la réunion d’hier du bureau politique du parti. A savoir, la possibilité d’une démission des députés du MMM de l’hémicycle.

«C’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase», s’est exclamé Paul Bérenger d’entrée, en se référant aux événements de la semaine dernière. «Vu la gravité de la situation, ce qui s’est passé vise le cœur de la démocratie. La décision du Speaker est ridicule et il tolère l’attitude des individus comme James-Burty David et Nita Deerpalsing. La démocratie est en danger», ajoute-t-il.

Et il n’y a pas que la démocratie, selon Paul Bérenger, mais «le pays qui est en danger, plus que jamais.» Car 2009 sera une année « dramatique » sur le plan financier et économique. C’est ainsi qu’il justifie le nouveau slogan du MMM «Le pays avant tout», un changement qui intervient à peine deux semaines après le Congrès anniversaire du parti où le slogan «Nouveaux défis, nouvelles responsabilités» était dévoilé.

Les récents événements ont clairement mené Paul Bérenger à changer fusil d’épaule. Car il pousse maintenant la réflexion jusqu’au bout. Ainsi, deux options ont été explorées lors de la réunion du bureau politique d’hier: la démission de Paul Bérenger du Parlement, et la démission de tous les élus du MMM de l’hémicycle. Le bureau politique pencherait pour le second.

«Nous allons nous revoir début 2009 pour décider de la marche à suivre. Nous savons que nous pourrons compter sur l’électorat de la circonscription numéro 19 qui a su démontrer dans le passé leur sens de responsabilité», a-t-il poursuivi.
Il a aussi maintenu sa conviction que le Premier ministre, Navin Ramgoolam, ne choisira pas d’aller à des élections partielles pour la circonscription Moka-Quartier Militaire, mais que nous nous dirigeons vers des élections générales en septembre 2009.&nbsp «Le plus tôt qu’interviendront les élections générales, le mieux ce sera pour le pays.»

A l’heure des questions, Paul Bérenger n’a pas lésiné sur les mots pour égratigner le Speaker, Kailash Purryag, le traitant de « parti pris », entre autres.


Ecouter l’intervention de Paul Bérenger lors de sa conférence de presse.

Amrish BUCKTOWARSING

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires