Paul Bérenger critique le directeur de la MBC qui refuse de rencontrer le ministre du Travail

Avec le soutien de

Lors de sa conférence de presse hebdomadaire, le leader de l’opposition est revenu sur le bras de fer entre le ministre du Travail et le directeur de la MBC au sujet de la suspension d’une employée de la station de radiotélévision nationale. (Photo: Paul Bérenger et le député Veda Baloomoody).


Ironique au sujet de la suspension d’une employée de la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC), le leader du Mouvement Militant Mauricien (MMM), Paul Bérenger constate que l’attitude du directeur de la MBC correspond à celle du premier ministre, Navin Ramgoolam.


« Nous pouvons désormais voir le vrai visage de Dan Callikan », a indiqué le leader du Mouvement Militant Mauricien (MMM). Selon Paul Bérenger, le directeur général de la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC) ridiculiserait le ministre du Travail, Shakeel Mohammed en ne répondant pas aux convocations de ce dernier.


« C’est du jamais vu ! », s’exclame Paul Bérenger qui animait la conférence de presse hebdomadaire des mauves ce samedi 28 août, à l’hôtel Le Labourdonnais, à&nbsp Port-Louis. « L’attitude de Dan Callikan correspond à celle de Navin Ramgoolam», ajoute ironiquement Paul Bérenger.


Pour rappel, Dan Callikan a été convoqué par le ministre du Travail, Shakeel Mohammed une troisième fois, le lundi 30 aout. Le directeur général de la MBC devra donner sa version des faits concernant la suspension d’une employée de la corporation.&nbsp Elle est accusée, par la direction de la station de radiotélévision nationale d’être l’auteure d’un tract dit hautement diffamatoire à l’égard des employés. Si Dan Callikan ne répond pas aux convocations du ministre&nbsp Shakeel Mohammed, des poursuites lui seront intentées.


Lors de cette conférence de presse, Paul Bérenger a aussi évoqué ce qu’il a appelé « la saga Mauritius Duty Free Paradise. « Joy Beeharry a été sanctionné pour cette affaire de contrebande, mais une fois qu’il a payé sa caution, je suis persuadé qu’il aura le traitement VIP », dit le chef de l’opposition.


A ce sujet, le député et avocat Veda Baloomoody a mentionné le cas d’un jeune garçon de 12 ans qui est incarcéré depuis trois jours en attendant que sa demande de remise en liberté ne soit entendue. Vendredi matin, il n’y avait pas de magistrat pour entendre sa demande de remise en liberté. Quand, en fin d’après midi, on a trouvé un magistrat de garde, c’est le procureur qui n’était plus disponible.&nbsp « Ce garçon a passé trois jours derrière les barreaux en raison de l’indisponibilité des fonctionnaires de justice. Cela, alors que Joy Beeharry, de son coté a été libéré le jour même de son arrestation », avance Veda Baloomoody.


« C’est une justice à deux vitesse », constate Paul Bérenger. A noter que le garçon de 12 ans, accusé d’attouchement sexuel, a été libéré ce samedi matin. Les autres sujets évoqués par le leader de l’opposition sont la sécurité aérienne et la piraterie dans l’océan Indien.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires