Paul Bérenger affirme que le gouvernement a les moyens de contrôler l’inflation

Avec le soutien de

Le leader du MMM estime que l’augmentation de l’Income Support est insuffisante et que les déclarations de Navin Ramgoolam sur l’impuissance du gouvernement face à la hausse des prix est totalement infondée.

Une large partie de la conférence de presse du leader de l’opposition, ce samedi 19 mars, était axée sur la cascade d’augmentations de prix de produits de première nécessité. Paul Bérenger est revenu sur l’affaire MedPoint et a fait une sortie en règle contre la ministre de la Santé, Maya Hanoomanjee.

Paul Bérenger s’est étonné du timing qu’a choisi le ministre du Commerce et de l’Industrie, Showkutally Soodhun, pour venir annoncer une baisse dans les prix de 89 produits alimentaires. «Cela quelques jours seulement après que le Premier ministre eut fait état de l’impuissance du gouvernement face à la poussée inflationniste», rappelle Paul Bérenger.

Le Premier ministre avait, effectivement, déclaré lors de son message à la Nation, le 12 mars dernier à l’occasion du 43e anniversaire de l’indépendance, que le gouvernement ne pouvait rien faire contre une inflation importée et que les augmentations des ces derniers mois étaient dues uniquement à des facteurs extérieurs.

«Au moment même où le Premier ministre était en train de dire que le gouvernement ne pouvait rien faire, le ministre Soodhun le contredisait», fait ressortir le leader du Mouvement militant mauricien, qui qualifie l’action entreprise par le ministre Soodhun de «gimmick».

«Qui va croire que l’annonce du ministre Soodhun se traduira véritablement en une baisse des prix des produits de grande consommation ?» se demande Paul Bérenger.

Ce dernier considère que l’augmentation du soutien financier aux plus vulnérables de la société, qui passe de Rs 123 par personne et par mois à Rs 246, annoncée par le ministre des Finances, est une autre preuve que l’intervention du gouvernement pour protéger le pouvoir d’achat est possible. Toutefois, il maintient que ce geste est insuffisant et que le gouvernement peut faire beaucoup plus dans le combat contre la vie chère.

Il a donné des exemples concrets à travers lesquels le gouvernement peut «contrôler l’inflation et protéger le pouvoir d’achat des plus faibles». Il propose, entre autres choses, de baisser les droits d’assises sur certains produits, d’enlever la Taxe à valeur ajoutée (TVA) sur d’autres de même qu’une révision d’autres charges qui viennent alourdir les prix des certaines produits.

Revenant sur la hausse de 100% accordé aux bénéficiaires du Income Support, Paul Bérenger attire l’attention sur le fait que les retraités, les veuves, les orphelins, les invalides ainsi que les petits salariés sont aussi dans une situation précaire et mérite, de la même manière, une hausse de leurs revenus.

Autre sujet abordé par le leader de l’opposition, le rachat par l’Etat de la clinique MedPoint au coût de Rs 144 millions. Il a confirmé que la Private Notice Question (PNQ) de ce mardi 22 mars - la première de cette année - sera axée sur ce dossier brûlant. Il a refusé, cependant, de donner d’autres détails sur le contenu de sa question.

Il n’a pas, non plus, révélé le nom du ministre qui sera visé par la PNQ tout en appelant le gouvernement à ne pas se cacher derrière l’enquête de la commission anti-corruption pour ne pas répondre aux questions parlementaires.

Paul Bérenger n’a pas ménagé la ministre de la Santé, Maya Hanoomanjee. Il a cité les allégations de favoritisme impliquant le frère de la ministre et le rejet des recommandations du ministère de la Santé par la municipalité sur l’illégalité des marchands ambulants opérant à la place Bruce, à Curepipe.

Il a, par ailleurs, allégué que la ministre serait actuellement en possession d’un rapport d’expert sur la contrebande de faux médicaments à Maurice. Paul Bérenger soutient que Maya Hanoomanjee serait en train de contester le bien-fondé de ce rapport.

«C’est d’autant plus grave qu’il existe des informations que Maurice serait devenu une plaque tournante de ce trafic vers l’Afrique. Tout cela est inacceptable. Je tiens à dénoncer l’arrogance et le comportement de la ministre de la Santé», martèle Paul Bérenger.

Le leader de l’opposition a ensuite brièvement commenté la situation à Rodrigues ainsi que les célébrations du centième anniversaire de la création de l’Etat du Bihar en Inde. Il trouve dommage que la République de Maurice ait choisi d’ignorer ses célébrations qui débutent mardi prochain.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires