Paul Bérenger: “Lorsqu’on se répète autant, c’est qu’on est acculé”

Avec le soutien de

Réagissant à la conférence de presse du Premier ministre, Paul Bérenger estime que Navin Ramgoolam n’a fait que se répéter.

«Pendant près de trois heures, cela n’a été que du blabla, des niaiseries… Et passer autant de temps à se comparer à moi, cela démontre une certaine obsession», soutient le leader du Mouvement Militant Mauricien (MMM). Si le Premier ministre s’est répété autant, c’est qu’il est acculé, dira Paul Bérenger.

Critiqué par Navin Ramgoolam pour son soutien à Ashock Jugnauth à la partielle de Quartier Militaire-Moka, «un candidat reconnu coupable de corruption électorale par la Cour suprême et le Conseil privé» dixit le PM, Paul Bérenger répond que si «Ashock Jugnauth est coupable, le Directeur des poursuites publiques (DPP) n’a qu’à entrer une action en Cour de justice contre lui.» «Or, ils ne le feront pas parce qu’ils n’obtiendront pas gain de cause», avance le leader des mauves.

Concernant cette partielle, Paul Bérenger affirme qu’il faudra à nouveau réfléchir sur un certain nombre de choses.
«Je rencontre Ashock Jugnauth en ce soir du 29 janvier. C’est une rencontre qui était déjà prévue. Mais on va en profiter pour discuter de certaines choses. Probablement, le bureau politique du MMM se réunira demain pour analyser les faits.

Quant à donner notre appui à Ashock Jugnauth, c’est un principe acquis. Reste à savoir comment, dans le concret, cela se fera. Est-ce qu’on ira de l’avant avec notre meeting de Bar Chacha le 11 février prochain? Est-ce qu’on organisera un meeting de lancement de campagne? Autant de questions à traiter», confie Paul Bérenger.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires