Paul Bérenger: «Navin Ramgoolam n’a aucun respect pour le Parlement»

Avec le soutien de

Selon le leader du Mouvement Militant Mauricien (MMM), Paul Bérenger, le Premier ministre, Navin Ramgoolam, a ajourné le Parlement «en catastrophe»,&nbsp lors de la séance du 17 août dernier. Le chef de l’Opposition déplore qu’il n’a pas eu l’occasion d’intervenir une dernière fois avant les vacances de l’Assemblée nationale car les travaux parlementaires ne reprendront que le 9 novembre prochain.

«C’est scandaleux !», s’insurge-t-il, lors de la conférence de presse du parti mauve, en ce 21 août, à l’hôtel Le Labourdonnais, à&nbsp Port-Louis. «Navin Ramgoolam n’a aucun respect ni pour le Parlement, qu’il traite comme un paillasson, ni pour l’Opposition… A deux heures du matin, il décide d’arrêter les travaux parlementaires alors que les débats sur le discours programme n’étaient pas terminés. Le gouvernement s’est sauvé», ajoute-t-il.

Selon ses dires, il était convenu avec les Whips des deux camps, à l’Assemblée nationale, que les débats seraient ajournés à une prochaine séance afin de permettre au Premier ministre et au leader de l’Opposition de s’adresser à la Chambre dans le cadre des débats sur le discours-programme.

Paul Bérenger confie qu’il avait l’intention de poser des questions supplémentaires à propos de la pénurie d’eau, des squatters, des Petites et Moyennes Entreprises (PME) et des petits planteurs, du scandale à la Mauritius Duty Free Paradise Co Ltd, entre autres. De plus, il déplore qu’un seul texte de loi n’ait été débattu depuis les élections et la nouvelle composition du Parlement.

Toutefois, il affirme, même si, à son avis, «le gouvernement s’est sauvé», que «l’Opposition a joué pleinement son rôle sans démagogie». Neuf Private Notice Questions (PNQ) et 363 Parliamentary Questions (PQ) ont été posées depuis la première séance parlementaire.

«Le gouvernement a perdu beaucoup de points dans l’opinion publique, avec la piètre performance de certains ministres», soutient&nbsp le chef de l’Opposition.

Au cours de la conférence de presse d’aujourd’hui, le leader du parti cœur a adressé «une mise en garde» au gouvernement par rapport à l’affaire de la Mauritius Duty Free Paradise Co Ltd. «Pas de ‘cover-up’. Nous voulons savoir si c’est un incident isolé ou si ce pillage de produits hors taxe est pratiqué depuis des années», dit-il.

Paul Bérenger a aussi évoqué le problème de la pénurie d’eau. «Depuis 2005, la situation ne fait qu’empirer.&nbsp La plus grande cause, ce sont les fuites. La Central Water Authority (CWA) doit prendre ses responsabilités. Au lieu que la CWA jette le tort sur la Waste Water Authority (WWA) et vice-versa, elles devraient travailler main dans la main», déclare-t-il. Celui-ci réclame une fois de plus la démission du directeur de la CWA, Harry Booluck, parce qu’il ne saurait pas gérer les problèmes de la fourniture&nbsp d’eau et envisagerait une augmentation des tarifs.

Au sujet du projet d’autoroutes payantes, telles que sera&nbsp la Terre Rouge-Verdun Link Road, Paul Bérenger soutient que c’est le devoir de l’Etat de préciser combien il faudra payer et quelles parties des autoroutes du Nord et du Sud du pays seront concernées.

Concernant les maisons de jeux, le chef de l’Opposition a émis la critique que le high powered committee, présidé par le chef du gouvernement, ne donne aucune nouvelle de l’avancée de son travail sur la délocalisation des maisons de jeux hors des zones résidentielles et commerciales. Sur l’affaire Ti-Vegas, il rappelle que c’est le ministre des Finances, Pravind Jugnauth lui-même, qui avait accordé à ce casino son permis d’opération.

D’autres sujets évoqués par le leader de l’Opposition sont la NHDC et le Sale by Levy, ainsi que la direction d’Air Mauritius

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires