Paul Bérenger: «Le MMM n’est pas plus proche de l’OPR que du MR»

Avec le soutien de

En visite à Rodrigues, le leader du MMM en a profité pour réfuter toute proximité de son parti avec l’Organisation du Peuple Rodriguais (OPR) de Serge Clair au détriment du Mouvement Rodriguais(MR) de Nicolas Von Mally.

Paul Bérenger a néanmoins tenu à expliquer la raison d’une telle perception lors d’une conférence de presse, tenue le samedi 18 juillet à l’hôtel Pointe Venus à Rodrigues.

Le leader des mauves a affirmé que, dans le passé, le MR n’existait pas et qu’il n’y avait comme partis politiques à Rodrigues que l’OPR et le PMSD. Le MMM dénonçait, à cette époque, la façon de faire du PMSD et ne pouvait supportait leur mentalité «de jouisseurs».C’est pour cette raison, dit-il, que le MMM est perçu comme étant proche de l’OPR.

«Le MMM n’est pas plus proche de l’OPR que du MR. Nous avons de bonnes relations avec les deux parties», insiste-t-il, à cet effet.

Paul Bérenger a aussi, lors de son séjour dans l’île, rencontré le Chef Commissaire de Rodrigues, les leaders et députés des deux partis politiques, les syndicats rodriguais, les associations de pêcheurs ainsi que l’Association du Tourisme réunie et la Plate-forme citoyenne de Rodrigues.

Paul Bérenger a saisi l’occasion pour commenter la récente baisse du prix du billet d’avion Maurice-Rodrigues-Maurice. Le leader de l’opposition estime que c’est un pas en avant mais ajoute ne pas être satisfait des conditions qui ont été rattachées. Pour Paul Bérenger, cette décision ne traite pas les Rodriguais et les Mauricien sur le même pied d’égalité car la baisse n’encourage que les touristes mauriciens.

Le leader de l’opposition est, par contre, heureux de constater un dégel des relations entre le gouvernement central et l’Assemblée régionale rodriguais. Il a cité, comme raisons à ce dégel, la baisse du prix du billet d’avion et la décision du gouvernement de débloquer enfin le fonds de redéploiement que les pêcheurs rodriguais attendaient depuis très longtemps.
Paul Bérenger a, néanmoins, critiqué le Premier ministre et le ministre des Finances pour leur attitude «centralisatrice et accapareuse» et qui va à l’encontre de l’autonomie rodriguaise.

Le leader de l’opposition a rappelé que, selon la loi qui avait été votée pour créer l’autonomie rodriguaise, le Premier ministre peut inviter le Chef commissaire de Rodrigues à participer au Conseil des ministres si cela s’avère nécessaire. A cet effet, Paul Bérenger reproche à Navin Ramgoolam d’avoir placé la responsabilité du ministère de Rodrigues sous celle du ministère des Administrations régionales.

Leevy Frivet et Joyce Jhabeemissur

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires