Paul Bérenger : «l’affaire Gro Derek est la plus grosse tentative de cover up de ce gouvernement»

Avec le soutien de

Le leader de l’opposition se dit révolté par l’attitude du gouvernement vis-à-vis des scandales dévoilés par l’opposition. Il estime que l’ouverture d’une enquête parallèle par la commission anticorruption sur l’affaire Gro Derek est le symbole de la politique de protection des «petits copains».
&nbsp
Paul Bérenger s’interroge sur le rôle de l’Independant Commission against Corruption (ICAC) dans l’enquête sur le réseau de trafic de drogue, qu’aurait dirigé, depuis des années, Dereck Jean Jacques, dit Gro Derek. Il considère «indécente» l’intrusion de l’ICAC dans une enquête de la police. Lors de la conférence de presse du Remake 2000, à l’hôtel Hennessy Park, à Ebène, il a une nouvelle fois accusé le gouvernement de servir la commission comme un outil politique.
&nbsp
«Le plus gros cover up c’est l’affaire Gro Derek. D’un côté la police mène son enquête et de l’autre l’ICAC, interroge Asish Dayal dans les locaux de l’ADSU. Maintenant c’est l’ICAC qui essaye d’établir s’il y a des liens entre le réseau Gro Derek et des politiciens. Pe vinn blanchi», s’insurge le leader du Mouvement militant mauricien (MMM)
&nbsp
Paul Bérenger soutient que le communiqué émis par la commission, hier, «est une honte et totalement politique. Nous savions déjà ce qu’était l’ICAC mais maintenant c’est devenu indécent».

&nbsp«L’ICAC joue sur les mots. Selon mes informations Cehl Meeah a dit qu’il n’a pas de document bancaire en sa possession sur l’affaire Gro Derek mais le transfert bancaire, ça c’est autre chose», affirme le leader de l’opposition.

&nbspToutefois, il n’a pas commenté plus longtemps les allégations du leader du FSM en attendant la suite des événements.
&nbspLe leader du MMM a également commenté l’institution d’une commission d’enquête sur les scandales immobiliers. Il trouve scandaleux que seules les transactions impliquant des étrangers seront examinées. Il voit, là encore, une tentative du pouvoir de protéger ces proches dans le scandale immobilier allégué impliquant les frères Timol. Il rappelle que Ousman et Zoobair Timol n’ont pas été inquiétés depuis leur libération sous caution, le 19 octobre dernier.
&nbsp
«A chaque nouveau scandale il y a une tentative de cover up», s’insurge Paul Bérenger.
&nbsp
&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires