Paul Bérenger: «L’économie mauricienne est en pilotage automatique »

Avec le soutien de

Le leader de l’opposition s’inquiète pour l’économie mauricienne. Il affirme que le ministre des Finances, Pravind Jugnauth, ne maitrise pas ses dossiers et que c’est Rundheersing Beenick, le gouverneur de la Banque de Maurice qui est le véritable ministre des Finances.

Paul Bérenger a, lors de sa conférence de presse essentiellement axée sur la situation économique, ce samedi 26 juin, longuement critiqué le ministre de Finances Pravind Jugnauth. A plusieurs reprises le leader du Mouvement Militant Mauricien a martelé que le ministre des Finances Pravind Jugnauth n’a aucune maitrise des dossiers économiques.

C’est la réponse du ministre des Finances au Parlement, mardi dernier suite à sa Private Notice Question et la récente décision de la Banque Centrale de revoir le ratio de liquidités des banques qui le conduisent à cette conclusion. Il a, longuement, cité les déclarations de Pravind Jugnauth lors de la dernière séance parlementaire.

«L’économie est en pilotage automatique et le vrai ministre des Finances c’est Beenick», affirme Paul Bérenger. Il trouve cette situation « particulièrement inquiétante» à un&nbsp moment, selon lui,&nbsp où le pays doit faire face aux retombés de la crise de l’Euro.

Le leader de l’opposition&nbsp estime que le Gouverneur de la Banque de Maurice se trompe en affirmant que la priorité du moment est le combat contre l’inflation. Il estime que ce dernier met, ainsi, l’économie du pays en danger. «Beenick fait fausse route et sa politique monétaire fait beaucoup de mal à l’économie en général.», soutient Paul Bérenger.

Il maintient que la priorité n’est pas de combattre l’inflation qui sera, selon les prévisions officielles, de 1% pour l’année en cours. «La priorité devrait être la mise en place de mesures concrètes pour faire face aux conséquences de la crise au sein de la zone Euro sur notre économie surtout en ce qui concerne l’emploi», fait ressortir Paul Bérenger.

Le leader de l’opposition est aussi revenu sur le dossier des ex-planteurs de Riche Terre délocalisés dans le cadre du projet de zone économique et commerciale Jin Fei. Il a, de nouveau, lancé un appel au Premier ministre pour qu’une solution soit trouvée au plus vite. Cette fois-ci Paul Bérenger a étendu son appel au gouvernement chinois.

«C’est facile de mettre fin à cette situation conflictuelle d’une part au nom de la justice mais, aussi, parce que c’est dans l’intérêt de Jin Fei et de la Chine de le faire», conclut Paul Bérenger.

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires