Paul Bérenger: «Je condamne sévèrement les atteintes à la liberté de la presse»

Avec le soutien de

Le leader de l’opposition déclare condamner sévèrement la décision des autorités d’interdire l’accès à une conférence de presse du ministre des Finances aux journalistes du groupe La Sentinelle, le 27 mai. Il réagissait lors d’un point de presse du Mouvement Militant Mauricien (MMM) à Ebène, ce samedi 29 mai.

«Je condamne sévèrement les atteintes à la liberté de la presse. On assiste à cela depuis le début des élections. Navin Ramgoolam parlait de Jean Claude de l’Estrac avec hargne et je trouve cela indigne de sa part». C’est en ces termes que Paul Bérenger a commenté la décision du Ministre des Finances, Pravind Jugnauth, d’interdire aux journalistes du groupe La Sentinelle d’assister à un point de presse tenu au Government House. C’était ce samedi 29 mai, lors d’une conférence de presse à Ebène.

Le leader de l’opposition a déclaré que cet abus à l’encontre de la liberté de la presse, lui rappelle des périodes sombres de l’histoire du pays.«Cela nous ramène à 1969 à l’époque où le Parti Travailliste (PTr) et le Parti Mauricien Social Démocrate (PMSD) avait obtenu une majorité de trois quarts au Parlement et on souvient des crimes qu’ils ont commis contre la démocratie», a souligné Paul Bérenger. Il s’est dit également soulagé que le gouvernement n’ait pas obtenu une majorité de trois quarts au Parlement.

Paul Bérenger a décrit son parti comme le dernier rempart de la démocratie. Il a promis qu’il fera tout pour défendre la liberté de la presse.&nbsp«Il ne faut pas oublier que les ambassadeurs, les associations internationales observent tout ce qui se passe et prennent note. Et je tiens à déclarer que sommes totalement solidaires avec les journaux et les radios», déclare Paul Bérenger.

Pravind Jugnauth a été la principale cible de Bérenger lors de cette conférence de presse. Le leader de l’opposition dit attendre la conférence de presse du ministre des Finances au sujet des «manipulations de chiffres» qu’aurait effectuée son prédécesseur, Rama Sithanen. «Ses propos étaient virulents quand il parlait de ces manipulations de chiffres. Il est aujourd’hui ministre des Finances, on s’attend à ce qu’il nous donne enfin les vrais chiffres. Il se pourrait que Navin Ramgoolam lui demande de fermer sa bouche», a déclaré Paul Bérenger.

Le projet de CT Power (projet d’une centrale électrique à charbon à Pointe-aux-Caves) était également à l’ordre du jour de la conférence de presse du MMM. Pour rappel ce projet avait été au centre de nombreuses polémiques. D’ailleurs, une plainte pour diffamation a été logée contre Paul Bérenger par le ministre de L’Environnement, Deva Virahsawmy. Paul Bérenger avait déclaré que le secrétaire du Parti Travailliste était l’un des promoteurs de ce projet. «Deva Virahsawmy a le droit de me poursuivre, car nous sommes un Etat de droit. Mais on verra ce qu’il va faire de ce projet. Va-t-il l’approuver, alors que ces prédécesseurs ne l’ont pas fait», s’interroge Paul Bérenger.

L’agression de trois enfants par un Rottweiler et un berger allemand, le 19 mai à Calodyne, a également été commentée par Paul Bérenger. «Nous sommes bouleversés par ce qui s’est passé. Nous avons alerté les autorités au sujet de la menace que constituent des chiens dangereux. Il a environ 40 000 chiens à Maurice. Nous avons posé des questions au Parlement à ce sujet, mais rien n’a été fait. Nous avons des informations comme quoi trois races de chiens dangereux sont importées à Maurice, le Pitbull, le Rottweiler et le Boer bull. Cette dernière est une race qui nous vient d’Afrique du Sud. Ce sont des chiens qui ont été entrainés pour attaquer des Noirs. Il nous faut agir avant qu’il y ait mort d’homme ou d’enfant», déclare Paul Bérenger.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires