Paul Bérenger : «Il est temps de placer un Mauricien à la tête des prisons à Maurice»

Avec le soutien de

Lors d’un point de presse, ce samedi 3 juillet à Port-Louis, le leader de l’opposition a réclamé le départ du Commissaire des prisons, l’Indien Lingamanaicker Vijayanarayanan. Il est d’avis que l’heure est venue de nommer un Mauricien à ces fonctions.


Le leader de l’opposition, Paul Bérenger, réclame le départ du Commissaire des prisons, Lingamanaicker Vijayanarayanan. En se référant à la récente évasion d’une trentaine de détenus de la prison de Grande Rivière Nord Ouest (GRNO), il déplore la situation dans les prisons de l’île, le «manque d’autorité» du Commissaire des prisons, ainsi que «l’incompétence de Ramgoolam en tant que ministre de la sécurité». C’est l’un des points majeurs de la conférence de presse du parti mauve, en ce 3 juillet, à l’hôtel Le Labourdonnais, à&nbsp Port-Louis.

«Il est clair que le Commissaire des prisons doit s’en aller. Il n’a plus aucune autorité. D’ailleurs, le Premier ministre a détruit le peu d’autorité qu’il lui restait», lance Paul Bérenger. «S’il y avait le moindre service de renseignement à la prison de GRNO, les autorités auraient été au courant auparavant que quelque chose se préparait», poursuit-il.

Le leader du Mouvement Militant Mauricien (MMM) est d’avis « qu’il est temps de placer un Mauricien à la tête des prisons à Maurice» . Il déplore que «deux prisonniers soient encore en cavale», alors que le chef du gouvernement avait affirmé que tous les évadés seraient appréhendés dans les heures qui suivaient leur évasion.

Paul Bérenger déclare que leur évasion a suscité une véritable psychose au sein de la population mauricienne depuis une semaine. Cela, dit-il vient s’ajouter au sentiment d’insécurité qui prévalait depuis des mois dans le pays.

«Ramgoolam est un ministre de l’intérieur minable et c’est dangereux pour Maurice.&nbsp En mars dernier, le syndicat des gardes chiourmes lui avait remis un mémorandum complet sur les problèmes rencontrés dans les pénitenciers, mais il a choisi d’ignorer ce rapport. Maintenant, il vient nous dire qu’il a été induit en erreur et ce n’est qu’hier qu’il a pris la peine de recevoir et d’écouter attentivement le syndicat des garde chiourmes», s’insurge Paul Bérenger.
Le leader du MMM soutient que le dimanche 27 juin, jour de la mutinerie à la prison de GRNO, il y avait 16 garde-chiourmes pour veiller sur 356 prisonniers. La capacité d’accueil&nbsp de cet établissement est de&nbsp 300 prisonniers. Bérenger critique le retard pris pour débuter la construction d’une prison moderne à Melrose. Ce projet date de 2005.

Un autre point soulevé lors du point de presse&nbsp du&nbsp chef de l’opposition est le verdict de la Cour Suprême dans l’affaire de fraude à Mauritius Commercial Bank au préjudice du National Pension Fund (NPF),&nbsp «Sept ans après l’évènement, on juge l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) coupable alors que c’est cette même commission qui avait donné l’immunité à Robert Lesage. On n’a pas réussi à extrader Teeren Appasamy. Ce dernier&nbsp et Robert Lesage ont échappé à la justice. Je suis convaincu que cette affaire a une dimension politique», déclare le leader des mauves.

Paul Bérenger allègue qu’«il y a des gens au gouvernement qui ont reçu cet argent volé». Le chef de l’opposition a la ferme intention de demander au chef du gouvernement, d’«accepter d’instituer un ‘Select Committee’ au Parlement» pour faire la lumière sur la non-condamnation de Teeren Appasamy et de Robert Lesage, et sur la dimension politique de l’affaire MCB-NPF.

Le leader du MMM a aussi critiqué l’arrestation du rédacteur-en-chef du journal Le Militant, Ananda Rajoo. «Ce n’est pas un cas isolé. La démocratie se porte très&nbsp mal sous Ramgoolam. Il y a le rôle infect de la Mauritius Broadcasting Corporation (MCB) au quotidien, il y a eu la saga du boycott du groupe La Sentinelle Ltd, l’arrestation d’un ancien ministre des Finances, Rama Sithanen et maintenant, l’arrestation d’Ananda Rajoo», indique Paul Bérenger. Et d’ajouter, «Ramgoolam est un faux démocrate».

Par ailleurs, le leader du MMM a une fois de plus, fustigé le ministre de l’Industrie, Showkutally Soodhun. Il a réitéré sa requête à l’Etat pour que les détails du contrat entre&nbsp la State Trading Corporation et Mangalore Refinery soient rendus publics.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires