Paul Bérenger : « Une bonne réforme électorale pour éviter des alliances contre-nature »

Avec le soutien de

Paul Bérenger souhaite une « bonne » réforme électorale pour mettre un terme aux alliances « contre-nature et opportunistes ». Le leader du Mouvement Militant Mauricien (MMM) maintient aussi qu’il n’est pas question d’une alliance entre le MMM et le Parti Travailliste, ou avec le MSM.

« Pas question de faire alliance avec le Parti Travailliste ». C’est en ces termes que le leader de l’opposition a démenti les rumeurs quant à une éventuelle entrée du MMM au&nbsp gouvernement à la suite de la présente crise politique actuelle. Lors de la conférence de presse hebdomadaire du MMM, tenue ce samedi 30 juillet, à l’hôtel Labourdonnais, à Port-Louis, Paul Bérenger a soutenu que son parti « n’a qu’une seule parole ». C’est-à-dire, il n’est pas question pour le MMM de rejoindre le gouvernement dirigé par Navin Ramgoolam.&nbsp

Paul Bérenger a également rejeté les rumeurs faisant état d’une alliance MMM / MSM. « La question n’est pas d’actualité, car le MSM fait toujours partie de la majorité gouvernementale. Et de surcroît, nous ne sommes pas d’accord avec certaines déclarations de Pravind Jugnauth », ajoute Paul Bérenger, faisant référence aux commentaires du leader du MSM contre l’Independent Commission Against Corruption (ICAC). Ce dernier avait dénoncé, mardi,&nbsp la façon de faire de l’ICAC envers Maya Hanoomanjee, et avait même ajouté qu’il s’agissait d’une injustice flagrante à l’encontre de l’ex-ministre de la Santé provisoirement accusée d’abus de pouvoir dans le cadre de l’enquête sur l’affaire MedPoint.&nbsp

Pour le leader de l’Opposition, seule une «&nbsp bonne » réforme électorale permettra au pays et à la population d’éviter des alliances politiques « opportunistes et contre-nature ».La situation politique actuelle, notamment&nbsp la démission mardi des six ministres du MSM, démontre clairement l’urgence d’une réforme électorale.

Commentant l’enquête de l’ICAC sur les malversations alléguées entourant le rachat par l''''Etat de la clinique MedPoint au coût de Rs 144,7 millions, Paul Bérenger dit espérer que « le scandale du siècle ne devienne pas le cover-up du siècle ». « Il faut que lumière soit faite, le plus vite possible,&nbsp sur cette affaire. La population a le droit de tout savoir », ajoute-t-il.

Le leader des mauves maintient néanmoins qu’il a toujours des doutes par rapport à l’enquête de la commission&nbsp anti-corruption. « L’enquête ne m’inspire pas grande confiance », dit-il. Avant d’ajouter que «le MMM est fier du rôle qu’il a joué tout au long de l’affaire MedPoint ».

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires