Paul Bérenger : « Il est encore temps de bloquer le projet résidentiel de Rose-Belle »

Avec le soutien de

Le leader de l’opposition estime que le promoteur de Rose Garden a agi dans l’illégalité et qu’il n’est pas trop tard pour demander une injonction contre ce projet. Il est également revenu sur la responsabilité du Premier ministre dans l’affaire MedPoint.

Paul Bérenger affirme qu’il existe au moins deux raisons pour demander une injonction contre le projet de Rose Garden. Il fustige le ministre de l’Agro-industrie, Satish Faugoo, qui, dit-il, « essaye de brouiller les pistes ». Le leader de l’opposition s’est longuement appesanti sur les détails de la vente des terres de la propriété sucrière de Rose-Belle lors de sa conférence de presse de ce samedi 3 septembre.

Il affirme détenir des informations à l’effet que le promoteur de ce projet qui a changé de nature en cours de route a agi dans l’égalité en utilisant un permis de morcellement qui ne lui était pas destiné.

« Selon un document émis par le Morcellement Board, il paraîtrait que le promoteur a initié son projet de morcellement sur la base d’un permis délivré à propriété sucrière de Rose-Belle afin de financer le Voluntary Retirement Scheme en 2004. Si cette information est confirmée, alors c’est une transaction totalement illégale », explique Paul Bérenger.

Ce dernier conclut que la direction de Rose-Belle Sugar Estate avait raison de s’en remettre à la Cour suprême. « D’abord, parce que le projet a changé de nature et ensuite parce qu’il pourrait avoir une irrégularité en ce qui concerne le permis de morcellement », précise le leader du Mouvement militant mauricien (MMM).

Paul Bérenger est d’avis qu’il n’est pas trop tard de demander l’intervention de la Cour suprême. « Nous allons voir ce que va faire Navin Ramgoolam, Abu Kasenally, ministre de tutelle du Morcellement Board, ainsi que Satish Faugoo. En même temps, nous suivons de très près l’enquête de la Commission anticorruption (ICAC) », ajoute-t-il.

D’autre part, le leader de l’opposition a réitéré son appel au Premier ministre pour que les que, malgré l’existence du Official Secrets Act, toutes les Minutes of Proceedings du Conseil des ministres sur le dossier MedPoint soient rendues publiques. Il s’agit pour Paul Bérenger d’éclaircir la situation face aux allégations répétées du leader du Mouvement socialiste mauricien (MSM).

Pravind Jugnauth continue, à chaque sortie publique, d’accuser Navin Ramgoolam d’avoir insisté, malgré la réticence des ministres MSM, pour aller de l’avant avec l’acquisition de la clinique MedPoint au coût de Rs 144,7 millions. Paul Bérenger rappelle qu’il n’y a pas eu de démenti à ce jour.

Le leader du MMM a aussi précisé qu’il se rendra au Central Criminal Investigation Department (CCID), lundi après-midi uniquement pour prendre connaissance des allégations de Navin Ramgoolam et non pour y consigner une déposition. Il réitère sa volonté de ne pas payer de caution si jamais la Police procède à son arrestation dans cette affaire.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires