Patrick Assirvaden ménage le MMM et s’en prend au MSM

Avec le soutien de

Après Pravind Jugnauth, c’est au tout de Patrick Assirvaden de faire des yeux doux à Paul Bérenger. Il qualifie le MMM d’opposition légitime en vue de la rentrée parlementaire et tire sur le MSM qu’il accuse de tous les maux et de n’avoir proposé aucune idée concrète pour aider le pays à faire face aux défis qui le guettent.


Paul Bérenger est définitivement l’homme de toutes les attentions. Après le leader du Mouvement socialiste militant (MSM) qui a fini par ne lui trouver que des qualités, c’est au tour du président du Parti Travailliste (PTr) d’encenser son parti.

Rien qu’au début de la conférence de presse de l’alliance gouvernementale à Port-Louis ce samedi 15 octobre, Patrick Assirvaden a tenu à souligner que la rentrée parlementaire du mardi 18 octobre sera marquée par la présence d’une opposition « légitime ». Et d’une deuxième qui n’a pas été élue pour ce rôle.

Sans aller dans les détails, le président du PTr a juxtaposé les actions du MMM et celles du MSM. « Il y a eu une répétition de mensonges, d’ambition personnelle et d’intérêts du clan familial en jeu ainsi que des attaques viles et basses contre l’intégrité des membres du gouvernement » s’est offusqué Patrick Assirvaden.

Clairement, il vise le parti du Sun Trust, allant jusqu’à se demander quelle a été l’une des propositions il a faites durant ces derniers mois pour aider le pays à faire face aux défis qui le guettent. Il est même allé jusqu’à citer la déclaration de Paul Bérenger la semaine dernière à l’effet que « des années lumières » séparent le MMM du MSM.

Patrick Assirvaden a également tenu à rappeler le double langage tenu par Pravind Jugnauth en l’espace de quelques semaines seulement. Ce dernier ayant réitéré sa confiance en Navin Ramgoolam peu après la démission collective des ministres du MSM en solidarité avec Maya Hanoomanjee, inculpée d’entente délictueuse par la Commission anti-corruption dans le cadre de l’affaire MedPoint.

Le président du PTr a aussi fait ressortir que le plus important pour cette rentrée parlementaire demeure la présentation du Budget le 4 novembre. Nita Deerpalsing, la porte parole des rouges a aussi abondé dans le même sens, affirmant que budget sera un budget socialiste.

Tout en rejetant toute possibilité d’alliance avec le MMM dans l’immédiat, elle invite les banques à mieux encadrer les Petites et moyennes entreprises (PME) face à la crise. Le porte parole du Parti mauricien social démocrate (PMSD), Lindsay Morvan, lui, a fustigé l''''opposition pour ce qu’il appelle ses « opérations lance labour » en vue de salir les membres du gouvernement, lui aussi inclus.

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires