Parlement : Une centaine de jours de réserve d’eau disponible pour une distribution normale

Avec le soutien de

La situation est catastrophique. Au taux habituel de distribution, la Central Water Authority (CWA) ne peut garantir qu’une centaine de jours de distribution. L’institution intensifiera sa politique de coupures dans la distribution en vue de prolonger la durée de nos réserves.

La situation est catastrophique. Si la CWA devait maintenir un taux de distribution normale, nos réservoirs seraient à sec d’ici la fin du mois d’août. La CWA ne peut fournir à ce jour que 11 millions m3 d’eau. Au rythme normal, qui est de 110 000 m3 par jour, nous disposons théoriquement d’une réserve pour une centaine de jours.

C’est ce qui ressort de la Private Notice Question de ce mardi 24 mai. L’interpellation du leader de l’opposition, adressée au vice-Premier ministre et ministre des Services publics, Rashid Beebeejaun, était axée sur la situation au niveau de la distribution d’eau. Paul Bérenger cherchait à connaître les problèmes auxquels fait face la CWA pour répondre à la demande croissante pour la consommation d’eau potable.

L’information principale fournie par le ministre Rashid Beebeejaun ne semble pas de bon augure. Toutefois, les autorités espèrent qu’avec les mesures drastiques de coupures dans la distribution, nous devrions pouvoir tenir jusqu’à la prochaine saison des pluies qui débute en novembre.

Actuellement, la distribution a déjà été réduite à 80 000 m3 par jour. Le programme de coupures devrait s’intensifier au cours de semaines à venir pour atteindre les 70 000 m3 quotidiennement.

Rashid Beebeejaun a énuméré une série de mesures qui sont actuellement en voie d’implémentation en vue de palier le manque d’eau dans nos réserves pour les besoins domestiques. Il s’agit, entre autres moyens, de l’utilisation les nappes phréatiques destinées au secteur industriel et à l’irrigation, ainsi que la déviation des rivières vers les réservoirs.

Ainsi, selon les chiffres fournis par le ministre Rashid Beebeejaun, la CWA devrait être en mesure de fournir de l’eau potable à la population jusqu’au début de novembre, en espérant que les pluies d’été ne se fassent pas trop attendre. Des coupures d’eau encore plus sévères et une fourniture réduite au strict minimum ne sont pas, non plus, à écarter.

En réponse à la première partie de la PNQ qui concernait les pertes d’eau au niveau de nos réservoirs et à travers le système de distribution, le ministre Rashid Beebeejaun a expliqué qu’il n’existait pas de statistiques à ce propos. Il a cependant indiqué que la CWA est en mesure de calculer le volume d’eau traité ne générant aucun revenu.

Il s’agit de la différence entre la production d’eau potable et le volume total qui est facturé aux clients de la CWA. Le constat est encore une fois alarmant. La moitié (49,6%) de la production d’eau potable par la CWA a disparu entre l’alimentation du réseau de distribution et la facturation alors qu’en 2005 ce chiffre était de 44,7%. Outre les fuites sur le réseau, une partie de l’eau produite est volée au préjudice de la CWA.

En ce qu’il s’agit du remplacement de tuyaux défectueux du réseau de la CWA, le ministre Beebeejaun affirme que plus de Rs 2,3 milliards ont été investies de 2005 à ce jour. Le montant estimé pour la révision complète du système de distribution il est de Rs 10 milliards.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires