Parlement : Reza Uteem s’intéresse à l’échec de la State Trading Company Mauritius

Avec le soutien de

Le rapport confidentiel d’Insight Forensic Services Ltd sera une nouvelle fois à la base d’une question parlementaire du député de l’opposition. Cette fois ses questions porteront sur l’achat et la vente de sucre par la filiale de la corporation.

Lors de la prochaine séance parlementaire, Reza Uteem reviendra sur les activités de la State Trading Corporation concernant sucre depuis 2005. Il demandera au ministre du Commerce et de la Protection des consommateurs de donner les détails des transactions effectuées par la STC ou ses filiales. Il veut connaître la quantité importée et ensuite réexportée ainsi que la valeur totale des ces transactions.

Toutefois, la STC ne s’est jamais engagée dans le commerce du sucre. C’est, en fait, une compagnie subsidiaire créée par la corporation en 2007, la State Trading Company Mauritius (STCM) Ltd qui a vainement tenté de pénétrer ce marché en s’improvisant courtier entre un distributeur brésilien et un acheteur indien.

Cette tentative de la STCM Ltd de se transformer en courtier international s’est soldée par un véritable échec selon le rapport d’Insight Forensics Services Ltd, entreprise dirigée par l’ancien enquêteur de l’Independent Commission Against Corruption (ICAC), Roshi Badhain.

Selon les conclusions du rapport Badhain, l’entreprise brésilienne n’a jamais livré le sucre à l’acheteur. Résultat : la compagnie indienne a saisi une garantie bancaire de $ 225 000, soit un peu plus de Rs 6 millions émis par la STCM Ltd.

Selon les premières estimations d’Insight Forensics Services Ltd, la STCM Ltd aurait encourus des pertes de Rs 7,9 millions en prenant en compte les frais bancaires. Sauf que cette première transaction ratée a été entièrement financée à partir des fonds de la STC.

Le plus étonnant est que, malgré l’incapacité de son partenaire brésilien de respecter son engagement, la STCM Ltd l’a sollicité une nouvelle fois quelques semaines plus tard pour une livraison destinée à une autre compagnie indienne. Encore une fois le sucre n’a jamais été livré. La compagnie indienne réclame $ 4,23 millions soit Rs 127 millions à la STCM Ltd, à la STC et au gouvernement mauricien conjointement.

Mickael Sik Yeun devra s’expliquer sur l’échec commercial de cette compagnie privée créée alors que Rajesh Jeetah était à la tête du ministère du Commerce.

Il faut dire que la création même de cette compagnie, comme décrite dans le rapport Bhadain, est très controversable. Le 27 juin 2007, le conseil d’administration de la STC avait suspendu toute décision de création d’une compagnie privée en attendant d’autres discussions à ce sujet. Cependant, indique le rapport de Roshi Badain sans aucune autre explication, les choses se sont accélérées à partir du 4 septembre 2007.

A cette date, l’approbation du conseil d’administration fut recherchée à travers un mémorandum signé de la main de l’ancien directeur général de la STC et obtenue le jour suivant. Une semaine plus tard, soit le 12 septembre, le ministre de tutelle d’alors, Rajesh Jeetah, donnait son autorisation écrite. La compagnie fut créée et enregistrée le même jour avec un capital d’actions de Rs 1 million et un fonds de fonctionnement de Rs 50 millions provenant des caisses de la STC.

Dans le mémorandum de Ranjitsingh Soomarooah, il s’était lui-même proposé comme président et directeur général de la nouvelle compagnie. Ah-Fat Lan Hing Choy, trésorier du Parti Travailliste (PTR) et conseiller de Rajesh Jeetah, fut également nommé comme l’un des quatre directeurs de l’entreprise.

La STC a évoqué la section 4(e) de la STC Act, législation régissant le fonctionnement cet organisme pour créer la STCM Ltd. Cette clause stipule que la STC peut s’engager dans n’importe quelle autre activité, comme il en sera autorisé par le ministre de tutelle.

Plus de Rs 40 millions avaient été engloutis par les activités de la STCM Ltd au moment de sa liquidation en juin 2010.

La question de Reza Uteem permettra sans doute de faire la lumière ce qu’il est advenu de la réclamation de Rs 127 millions faite par la compagnie indienne.


&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires