Parlement : Reza Uteem retire une question adressée à Maya Hanoomanjee sur MedPoint

Avec le soutien de

Le député de l’opposition Reza Uteem avait prévu d’interpeller la ministre de la Santé sur la qualité du matériel de la clinique MedPoint. A la demande de la direction de son parti, il a retiré sa question qui risquait d’embarrasser Maya Hanoomanjee.

Le MMM ne souhaite plus associer le dossier MedPoint aux membres du Mouvement socialiste militant (MSM). Pas cette semaine, en tout cas. Ainsi en a décidé la direction du principal parti d’opposition.

Reza Uteem a été invité à renvoyer, à une date ultérieure, sa question sur le matériel médical acquis par l’Etat, en même temps que la clinique MedPoint, au coût total de Rs 144,7 millions, en décembre dernier. Une confrontation entre l’opposition et un ministre MSM a donc été évitée, ce mardi 12 juillet au Parlement.

La plupart des équipements en question sont vieux de plus d’une dizaine d’années et à ce jour, aucune information sur leur état n’a été rendue publique. L’acte de vente de la clinique MedPoint fait état de l’acquisition par l’Etat de ce matériel pour la somme de Rs 19,7 millions.

Lors des négociations, les anciens propriétaires, dont le beau-frère du ministre des Finances, Pravind Jugnauth, avaient réclamé Rs 20 millions pour le matériel médical.

Ce nouveau positionnement des mauves intervient trois jours seulement après que leur leader eut fait de graves allégations à l’encontre du Premier ministre. Paul Bérenger a accusé, le samedi 9 juillet, Navin Ramgoolam d’être l’instigateur de la deuxième évaluation de la clinique MedPoint, point de départ de ce que le MMM qualifie de « scandale du siècle ».

Le député de Port-Louis Sud-Port-Louis Central prévoyait d’interroger la ministre de la Santé sur certaines informations publiées dans la presse au sujet de la vente de MedPoint à l’Etat. Reza Uteem est lui-même en possession des derniers comptes certifiés de MedPoint Ltd, la compagnie qui gérait la clinique éponyme.

Ces comptes montrent qu’au cours de l’année financière 2007-2008, la valeur des équipements concernés avait subi une importante dépréciation dans le cadre d’un exercice de réévaluation. Au 31 juillet 2008, ils valaient Rs 2,1 millions, soit à peine 10 % de leur valeur initiale. Leur rachat a, donc, coûté neuf fois plus cher à l’Etat.

D’autre part, selon des documents qu’a fait circuler le leader du MMM, le 19 février dernier, une réunion avait eu lieu au ministère de la Santé, le 13 janvier 2010. L’ingénieur biomédical K. Payneeady y avait déclaré qu’une partie des équipements avait été testée et qu’il allait soumettre un rapport incessamment.

Depuis la question est restée en suspens. Hier, c’était aussi l’occasion pour le député mauve de faire le point sur ces tests menés par le ministère de tutelle. Toutefois, le parlementaire a été invité à retirer sa question.

La séance parlementaire du mardi 12 juillet était, d’ailleurs, très attendue. Les observateurs politiques étaient à l’affût du moindre indice qui aurait pu donner une indication des conséquences des déclarations de Paul Bérenger faites le samedi 9 juillet, suivi d’un démenti presque immédiat du chef du gouvernement.

L’ambiance au sein de l’hémicycle a dérouté plus d’un. Mise à part une timide tentative du Private Parliamentary Secretary (PPS), Patrick Assirvaden de taquiner Eric Guimbeau au moment où celui-ci s’apprêtait à poser une question supplémentaire, c’est dans une atmosphère très calme que s’est déroulée cette séance parlementaire. Il n’y a eu aucune référence aux déclarations du leader de l’opposition sur l’affaire MedPoint. Même le Premier ministre, qui avait promis de s’occuper de Paul Bérenger après le départ du Président de la République du Congo, n’a fait aucune déclaration pour faire suite à son point de presse du samedi 9 juillet.

Un calme tellement imposant qu’il mérite d’être relevé. Rien à voir avec les habituels virulents échanges entre les membres de la majorité et ceux de l’opposition.

Un calme rompu en une seule occasion. A la reprise, après l’heure du déjeuner, alors que le ministre des Finances regagne sa place, Paul Bérenger lui fait remarquer qu’il est seul sur le front bench du gouvernement. Une remarque qui a fait rire Pravind Jugnauth, contrairement à son habitude.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires