Parlement : Les députés votent le renvoi des élections régionales

Avec le soutien de

C’est confirmé. Les élections régionales sont renvoyées à l’an prochain. Un amendement dans ce sens au Local Government Act a été voté à l’Assemblée nationale, aux petites heures, ce matin du&nbspvendredi 10 décembre.

Le Local Government (Amendment) Bill est passé en seconde lecture à l’Assemblée nationale, le jeudi, 10 décembre aux petites heures du matin.&nbsp Douze parlementaires, de l’opposition et de la majorité, ont commenté le projet de loi, présenté par le ministre des Collectivités locales, Herve Aimée.

Le renvoi des élections régionales a été ardemment condamné par les membres de l’opposition, qui y voient une violation de la démocratie. Le projet de loi passera en troisième lecture, à l’Assemblée nationale, le mardi 14 décembre. Les élections des maires, maires adjoints, présidents et vice présidents des conseils de villages auront lieu entre le 13 et le 17 décembre. Le mandat des conseillers actuels sera également étendu jusqu’aux élections régionales en 2011.

Pour justifier le renvoi des élections régionales, le ministre des Collectivités locales, Hervé Aimée a rappelé que certaines clauses du Local Government Act de 1989 et du Local Government Act de 2003 sont conflictuelles. «Il faut une nouvelle loi pour éliminer les ambigüités et nous sommes en train d’y travailler. Mais nous avons besoin de temps», déclare le ministre Aimée. Bref, cette nouvelle loi n’est pas prête à être promulguée cette année.

L’Opposition convient que le Local Government Act de 1989 et du Local Government Act de 2003 sont discordantes et qu’une réforme au niveau des collectivités locales est impérative. Cette loi viserait à la création des villes dans les zones rurales.&nbsp

C’est, en fait, l’annonce du renvoi des élections régionales qui cause le mécontentement de l’opposition. La loi prescrit que ces élections doivent avoir lieu en 2010. L’Opposition juge que ce renvoi est d’une part, une atteinte à la démocratie et d’autre part, une manœuvre politique de l’Alliance de l’Avenir, parce qu’elle craindrait une défaite aux élections régionales, si elle sont organisées actuellement.

«Nous sommes formellement contre le renvoi de ces élections. Les municipales sont renvoyées parce que la nouvelle législation n’est toujours pas prête… Cela m’attriste beaucoup parce que c’est le pays qui a perdu beaucoup de temps et je pense que c’est inacceptable… De plus, jamais les municipalités n’étaient tombées aussi bas. C’est pour cette raison que nous sommes contre le renvoi de ces élections», lance Paul Bérenger, sur le ton de l’exaspération.
A son avis, la législation proposée en 2003 est «puissante», «excellente» et représente «un grand pas en avant, une révolution pour donner plus de pouvoir aux villages et régions rurales».

Il a rappelé que l’ancien juge Robert Ahnee avait été nommé pour l’élaboration de ce projet de loi parce que c’est lui avait préparé la loi pour l’autonomie de Rodrigues. De plus, il souligne que la législation sur l’autonomie de Rodrigues est incluse dans la Constitution. Paul Bérenger dit ne pas comprendre pourquoi ce ne serait pas le cas de celle régissant les collectivités locales.

Selon lui, c’est par «pur fanatisme politique» que cette législation a été mise de côté, et cinq ans et demi après, le gouvernement ne pourrait venir de l’avant, qu’avec «une réplique de la législation proposée par Robert Ahnee» ou avec «un projet de loi moins positif». «J’espère qu’il n’y aura aucun trucage dans cette nouvelle loi, qu’il n’y aura aucune tentative pour empêcher ceux qui méritent de remporter ces élections de les remporter, j’espère que la nouvelle loi sera aussi bonne que celle de Robert Ahnee», a-t-il dit.

Les députés de l’opposition Deven Nagalingum, Joe Lesjongard, Reza Uteem, Steve Obeegadoo et Rajesh Bhagwan ont tour à tour, soutenu les arguments avancés par leur leader. Deven Nagalingum a avancé qu’«aucune provision pour la réforme des collectivités locales n’a été faite dans le budget 2011».

Joe Lesjongard, a regretté que le renvoi des élections ait été annoncé sans être accompagné d’une ébauche de ce que sera la nouvelle législation en 2011. D’où la conclusion du député mauve que «nous avons affaire à des poltrons qui ont peur des élections».

Steve Obeegadoo a, quant à lui, précisé qu’il attendait une déclaration claire du Premier ministre (qui était absent hier) en faveur d’une réforme sur les collectivités&nbsp locales, mais n’a rien entendu dans ce sens.

Le ministre du Travail, Shakeel Mohammed est intervenu juste après le leader de l’opposition. Il a&nbsp soutenu que&nbsp les deux camps à l’Assemblée nationale souhaitent&nbsp une nouvelle loi sur les collectivités locales. Le renvoi des élections&nbsp est la seule chose qui sépare gouvernement et opposition. A ses yeux, tout le débat, c’est beaucoup de bruit pour rien. «Nous devons, cette fois, mettre de côté nos différences politiques et travailler ensemble sur cette nouvelle loi, un unique régime pour les collectivités locales…. Et je ne pense pas que la démocratie est menacée. Nous disons que nous renvoyons les élections nous les annulons pas », conclut-il.

D’autres intervenants du côté de la majorité gouvernementale étaient le ministre de la Protection des Consommateurs, Michaël Sik Yuen, le ministre du Tourisme, Nando Bodha, ainsi que les députés Jhugroo, Hossen et Issack. Ils ont tous suivi le raisonnement du ministre Mohammed et justifié le renvoi des élections régionales. Cela, à leurs yeux ne constituent nullement une atteinte à la démocratie. Ils ont aussi fait ressortir que le gouvernement dirigé par Paul Bérenger avait aussi renvoyé les élections régionales dans le passé. Selon les parlementaires de la majorité l’organisation des élections en 2011 donnera à la population «le temps de respirer après les élections générales de cette année».

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires