Parlement: Le Premier ministre interpellé sur la corruption et les droits humains

Avec le soutien de

La séance parlementaire du mardi 29 juin ne s’annonce pas de tout repos pour le chef du gouvernement. Il devra répondre à treize interpellations inscrites, principalement, au nom des députés de l’opposition.

C’est le député correctif de Rodrigues, Jean Francisco François, qui ouvrira la tranche des interpellations avec une question concernant les cas de fraude et de corruption rapportés à l’Independent Commission Against Coruption (ICAC). Francisco François veut connaître le nombre de cas qui ont été portés en cour de juillet 2006 à ce jour et ce qu’il est advenu de ces procès.

Le député mauve, Veda Baloomoody interpellera, lui, le Premier ministre en deux occasions. Il demandera, dans un premier temps, au&nbsp Premier ministre les raisons pour lesquelles un prisonnier n’a pas eu l’autorisation du Commissaire des Prisons pour la déclaration de son enfant né alors qu’il était derrière les barreaux.&nbsp

La question du député Veda Baloomoody a trait aux droits économiques, sociaux et culturels du citoyen. Ces nouvelles catégories des droits humains ne se retrouve ni dans notre constitution ni dans nos législations. Veda Baloomoody invitera le Premier ministre à se prononcer sur l’éventualité d’un amendement au Protection of Human Rights Act pour étendre, dans ce sens, les pouvoirs de la Commission Nationale des Droits Humains.

Toujours en ce qui concerne la Commission Nationale des Droits Humains, la députée de Rose-Hill-Stanley, Lysie Ribot demandera des précisions sur la publication de son rapport annuel pour l’année 2009. Elle souhaite connaître les raisons pour lesquelles ce rapport n’a pas encore été rendu public.

Le député de Beau-Bassin-Petite-Rivière,&nbsp Kee Cheong Li Kong Wing, demandera, pour sa part,&nbsp au Premier ministre des précisions sur l’Office des protections de données instituée en vertu de la Data Protection Act de 2004. Cette loi prévoit que toute entité commerciale ou professionnelle ayant accès aux informations d’ordre personnel de leurs clients doit obligatoirement s’enregistrer auprès de cette autorité et en encourir les frais. Le député souhaite savoir si le gouvernement envisage d’accorder une exemption à ce niveau au Petites et Moyennes Entreprises.

Le whip de l’opposition, Rajesh Bhagwan, lui, reviendra à la charge avec le cas de Jean Suzanne, directeur général d’Infinity BPO. Rajesh Bhagwan veut des précisions sur le contrat liant Jean Suzanne au Bureau du Premier ministre. Ce dernier a laissé entendre, la semaine dernière, que Jean Suzanne n’était plus son conseiller.

De son côté, Ariane Navarre Marie souhaite connaître les intentions du gouvernement en ce qui concerne l’Equal Opportunity Act. Cette loi, qui condamne les discriminations envers les citoyens pour une quelconque raison, a été votée en 2008 mais n’a pas encore été proclamée, à ce jour.

Deux questions ont été inscrites au nom des backbenchers de la majorité, en l’occurrence, Dhiraj Khamajeet député de Flacq-Bon Accueil et Jim Seetaram élu à Montagne-Blanche-GRSE. Les deux questions portent sur des actes de violence lors des incidents. L’un dans les parages de la gare routière de Centre de Flacq et l’autre dans une boite de nuit à Vacoas.

&nbsp

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires