Parlement: le PM propose un High Powered Committee pour revoir les failles de la police

Avec le soutien de

Suite à la Private Notice Question du leader de l’opposition sur l’affaire Caterino, le Premier ministre, Navin Ramgoolam, a proposé, ce 14 juillet, la mise en place d’un High Powered Committee pour revoir les failles de la police et pour traiter de la surveillance territoriale.

Il a expliqué que l’Etat mauricien travaille déjà, en collaboration avec le gouvernement indien, à la réalisation du projet «coastal radar system.» Ce système devrait aboutir d’ici septembre.

Revenant au cas Caterino, Navin Ramgoolam se dit en faveur d’un refus d’accorder la liberté conditionnelle aux personnes accusées de délits graves. Mais il ajoute que le Privy Council aussi bien que la Cour suprême insistent sur l’indépendance du judiciaire dans ses décisions. La première réflexion de Navin Ramgoolam a été saluée par le leader du MSM, Pravind Jugnauth. Ce dernier s’est dit «très heureux» que le Premier ministre ne soit pas enclin à accorder une caution aux personnes accusées de délits sérieux.

Autrement, dans sa réponse à la PNQ, le Premier ministre a fait l’historique de l’affaire Caterino. Il rappelle que ce dernier a été arrêté le 14 mai 2007. Il précise que la police avant et après la condamnation du suspect avait plusieurs fois objecté à sa remise en liberté conditionnelle. Mais que finalement après le jugement rendu et l’appel contre cette décision déposé par les avocats de l’accusé, le Directeur des Poursuites publiques n’avait pas objecté à ce que Christophe Caterino retrouve la liberté conditionnelle contre paiement d’une caution de Rs 800 000.

Navin Ramgoolam se fera un malin plaisir de souligner le fait que c’est Me Collendavelloo, membre du MMM et l’un des avocats de Caterino, qui avait demandé un renvoi du procès, suite à l’appel interjeté le 26 juin dernier. Le Premier ministre laisse entendre que c’est après ce renvoi que Caterino a pris la fuite les jours suivants.

Le Premier ministre confie aussi que Caterino a été vu la dernière fois, à l’hôtel où il résidait, le 27 juin dernier à 9h20. Il n’a pas été revu depuis. Et la dernière fois qu’il s’est présenté au poste de police de Bel-Ombre, ce fut le 26 juin à 11h22, et il devait se représenter le 29. Ce n’est que le 4 juillet que la police, constatant qu’il ne s’était pas rendu au poste de Bel-Ombre, a lancé les premières recherches.

Depuis, il semblerait que le steward français ait quitté le sol mauricien. Cependant, le Premier ministre restera assez nuancé dans une remarque relative à cette fuite. «On pense que Caterino ait pu quitter le pays», dira-t-il, en ce sens.

Le Premier ministre finira par informer la Chambre que des contacts ont été établis avec les autorités françaises et réunionnaises mais qu’il n’y a pas de rapport formel entre Maurice et la France dans cette affaire. Le gouvernement mauricien cherche conseil dans cette affaire.

Cliquez sur le lien ci-dessous pour&nbsp lire la réponse du Premier ministre à la Private Notice Question.


&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires