Parlement : le PM de nouveau interrogé sur le rapport de l’Electoral Boundaries Commission

Avec le soutien de

Cela fait deux ans et demi que le rapport de l’Electoral Boundaries Commission (EBC) a été remis au Premier ministre. Depuis, le Parlement attend une décision sur les propositions de redécoupage de la commission. Joe Lesjongard invitera Navin Ramgoolam à se prononcer sur le devenir de ce rapport lors de la première séance parlementaire de l’année.

Lors de la séance parlementaire du 8 mai 2012, Joe Lesjongard, député du Mouvement militant mauricien (MMM), invitera le chef du gouvernement à se prononcer sur ce qui adviendra du rapport relatif au redécoupage électoral qui lui a été remis en septembre 2009 par l’Electoral Boundaries Commission (EBC). Joe Lesjongard veut savoir si le Premier ministre compte présenter une motion à l’Assemblée nationale pour demander soit l’acceptation, soit le rejet des propositions de l’EBC, comme l’exige la législation.

Une question identique avait été adressée à Navin Ramgoolam en novembre 2010 par le député mauve Adil Ameer Meea. Le Premier ministre avait alors déclaré qu’il étudierait en profondeur le rapport avant de décider de la marche à suivre.

C’est, en effet, au chef du gouvernement que revient la tâche de présenter une motion pour décider du sort des recommandations contenues dans ce rapport. Une fois la motion présentée et les débats terminés, l’adoption ou le rejet du rapport est décidé à la majorité simple. le rapport ne peut être amendé.

Le 10 novembre 2009, la commission déposait son rapport décennal au Parlement après avoir remis les deux premières copies au Premier ministre et au leader de l’opposition. Dès lors, l’attente avait commencé. Trente mois se sont écoulés et le Premier ministre ne semble toujours pas pressé à s’occuper de ce dossier.

Si les recommandations du présent rapport de l’EBC sont adoptées par l’Assemblée nationale, le nouveau découpage entraînera le mouvement de quelque 32 000 électeurs. Au moment de sa publication en novembre 2009, 31 545 électeurs précisément étaient concernés. L’exercice touchera dix circonscriptions.

Le plus gros changement concerne les circonscriptions de Savanne/Rivière-Noire (No 14) et de Beau-Bassin/Petite-Rivière (No 20). En effet, les électeurs de la région de Bambous, au nombre de 9 316 qui votent au No 14, seront ajoutés à la liste électorale du No 20. D’autres mouvements entre les circonscriptions No 18 (Belle-Rose/Quatre-Bornes), No 19 (Stanley/Rose-Hill) et No 20 sont également prévus.

Dans la capitale, les quatre circonscriptions sont touchées par la proposition de redécoupage de même que la circonscription du Premier ministre, le No 5 (Pamplemousses/Triolet). La circonscription No 7 (Piton/Rivière-du-Rempart) est aussi concernée.

En vertu de la constitution du pays, les députés doivent soit accepter le rapport dans son intégralité ou le rejeter in toto. Aucune modification du document n’est permise. La constitution prévoit que cet exercice se fasse le plus tôt possible 10 ans après le dernier exercice. Le précédent rapport date de 1999.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires