Parlement : Le Constitution Amendment Act voté sans l’amendement proposé par Paul Bérenger

Avec le soutien de

Etablir un nombre minimal de candidats en se basant sur le critère du genre lors des élections régionales ne sera pas considéré comme discriminatoire. Au moment du vote du Constitution Amendment Bill, une confusion a amené les députés Perraud et Khamajeet de la majorité à se prononcer contre le projet de loi.

C’est une première sur le plan historique. C’est bien la première fois que la discrimination positive fait son entrée dans la constitution du pays. Le Constitution Amendment Bill présenté par le Premier ministre a été voté à l’Assemblée nationale.

Désormais, établir un quota minimal de candidatures pour l’un ou l’autre groupe sexuel ne sera ni anticonstitutionnel ni discriminatoire. Une discrimination positive qui vise d’abord une meilleure représentation des femmes au sein des administrations régionales.

Le seul point qui a opposé la majorité gouvernementale et l’opposition est la différence faite entre élections régionales et législatives. L’opposition a plaidé en faveur de l’extension de cette nouvelle clause de la constitution aux élections générales.
Une proposition visant à ajouter le terme « élections législatives » à l’amendement a été rejetée par la majorité. Le Premier ministre avait d’ailleurs fait comprendre, lors de son discours de présentation, que cette question sera prise en compte dans la réforme électorale annoncée.

Une confusion s’est toutefois installée dans le camp de la majorité, lors du vote du Constitution Amendment Bill. En effet, la députée du Parti Mauricien Social Démocrate (PMSD) Aurore Perraud et le député rouge Dhiraj Khamajeet ont voté contre le projet de loi, alors que tous les membres de l’opposition ont voté pour.

Les deux députés qui, semble-t-il, avaient la tête ailleurs ont tous deux répondu « non », à la surprise générale dans l’hémicycle. C’est le leader de l’opposition, Paul Bérenger qui avait réclamé un décompte de voix.

Toutefois, la proposition d’amendement de Paul Bérenger a été rejetée par la majorité. Ce dernier avait émis le souhait que ce système de quota minimal soit étendu aux élections générales.

Le député mauve Steve Obeegadoo a, lors de son intervention, fait part de son appréciation de cette loi, car cela permettra aux femmes d’être davantage présentes sur la scène politique. Il a cependant expliqué qu’il y a encore beaucoup d’efforts qui doivent être faits, car selon lui « notre système électoral a été conçu par des hommes, pour des hommes. »

Selon lui, les femmes ne sont pas encouragées à se lancer en politique, en raison des attaques qui sont par moments lancées contre elles.

Un avis que partage la ministre de l’Egalité des Genres, Mireille Martin qui, au cours de son intervention, a indiqué qu’il n’est pas facile pour une femme de se lancer en politique, « lorsque l’on entend les remarques désobligeantes qui nous sont lancées. J’ai moi-même été victime d’attaques personnelles en de nombreuses occasions », a-t-elle déclaré.

Jean-Yves Chavrimootoo/Thierry Laurent

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires