Parlement : L’opposition veut des explications sur un projet de centrale électrique au gaz

Avec le soutien de

La Central Electricity Board (CEB) a déjà lancé un appel d’expression d’intérêt pour un projet de central électrique à base de gaz naturel. Le ministre de l’Energie et des Services publics affirme que ce projet ne sera pas mis en œuvre dans un proche futur.

Une interpellation du député Joe Lesjongard a suscité des nombreuses interrogations quant aux intentions réelles du ministère des l’Energie et des Services publics par rapport à un projet de centrale électrique fonctionnant à partir de gaz naturel liquide. L’élu du Mouvement militant mauricien (MMM) voulait, dans un premier temps, avoir la liste des entreprises qui ont fait part de leurs intérêts pour ce projet envisagé par le CEB.

Dans sa réponse, le vice-Premier ministre, Rashid Beebeejaun a fait comprendre que même si un appel international a été lancé, la mise en œuvre d’un tel projet n’est pas prévu ni dans le court terme ni dans le moyen terme. Ainsi, Joe Lesjongard a voulu savoir pourquoi la CEB a invité les intéressés à se faire connaître alors que ce projet ne sera pas considéré dans l’immédiat.

Ce même député a fait ressortir que dans un rapport préparé par un expert pakistanais en matière de production énergétique, ce type de centrale n’a pas été privilégié ni pour le court terme, ni pour le moyen terme ni pour le long terme.

« Alors sur quoi se base le gouvernement pour aller de l’avant avec un tel projet ?» a demandé Joe Lesjongard au ministre de l’Energie et des Services publics.

Rashid Beebeejaun a répété que son ministère est en train d’étudier toutes les possibilités. Le leader de l’opposition a, lui, voulu savoir pourquoi le gouvernement n’a pas opté, dans un premier temps, pour une étude de faisabilité plutôt que de lancer directement un appel d’expression d’intérêts.

Paul Bérenger a alors allégué que selon ses informations, le ministre Rashid Beebeejaun aurait reçu les représentants d’une compagnie étrangère à son bureau avant que l’appel d’expression d’intérêts soient lancé. Cette information a été immédiatement démentie par le No. 2 du gouvernement. Cependant, Paul Bérenger a insisté sur le fait que l’entreprise en question se trouve sur la liste des compagnies qui ont exprimé leurs intérêts pour le projet de centrale à base de gaz naturel.

« Il y a anguille sous roche », devait-on entendre des bacs de l’opposition.

« Pas anguille, crocodile plutôt », corrige aussitôt Paul Bérenger.

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires