Parlement : L’évasion de détenus à la prison de GRNO provoque des étincelles pendant la PNQ

Avec le soutien de

Pendant la Private Notice Question de ce mardi 29 juin au Parlement, la tension est montée d’un cran entre le Premier ministre et les députés de l’opposition. Navin Ramgoolam répondait à des questions de Paul Bérenger sur la mutinerie à la prison de Grande-Rivière-Nord-Ouest.

Dans sa question initiale, Paul Bérenger s’intéressait au nombre de prisonniers toujours en cavale, à l’état du circuit de caméra de surveillance interne à la prison et sur l’origine des armes utilisées par les mutins. De même qu’à la surpopulation dans les prisons et le manque de geôliers.

Navin Ramgoolam a répondu qu’il n’y a pas de surpopulation aiguë dans les prisons, avec chiffres à l’appui : pour 2 135 places disponibles, il y a 2 395 prisonniers, dont 799 sont on remand. Paul Bérenger a demandé pourquoi, s’il n’y a pas overpopulation, le gouvernement compte faire construire une prison à Melrose, comme mentionné dans le discours-programme. Le PM a fait ressortir que le problème n’est pas «acute». Quand Paul Bérenger a fait ressortir qu’il y a problème de fonctionnement dans les prisons, Navin Ramgoolam a répondu qu’il était d’accord avec le leader de l’opposition. Et de citer des extraits d’une déclaration de Paul Bérenger en 2004, alors qu’il était premier ministre à propos d’un article paru dans l’express. Paul Bérenger s’en était alors pris à l’express, disant qu’il était exagéré de qualifier de «catastrophique» la situation dans les prisons.

Paul&nbsp Bérenger a insisté pour savoir quelles mesures le gouvernement comptait prendre à propos des prisons. Navin Ramgoolam a montré des signes d’irritation et a indiqué que Maurice allait signer des Memorandum of Understanding avec des pays étrangers. Ajoutant : «Vous verrez ce qui se passera alors en cas de mutinerie.»

Le ton est monté entre le Premier Ministre et le Leader de l’opposition quand Paul Bérenger a rappelé que la dernière mutinerie suivie d’évasion datait de 1999 alors que le Parti travailliste était au pouvoir. Au milieu d’un brouhaha, tant des bancs du gouvernement que ceux de l’opposition, Navin Ramgoolam a répondu : «You people provoke this !»

Le Premier ministre a signalé que les évadés de dimanche dernier sont des détenus on remand, pas des condamnés. Quand Rajesh Bhagwan lui a demandé de prendre un engagement que cela n’arrivera plus jamais, le Premier ministre, énervé, a lancé : «We’ll take necessary actions», dont des mesures extrêmes.&nbspIl a ensuite donné des précisions sur le personnel travaillant dans les prisons disant qu’en Inde, il y a un gardien pour&nbsp7 prisonniers, à Singapour, un gardien pour 8 prisonniers et à Maurice&nbspun gardien pour&nbsp2 détenus. Il a conclu en disant que des 34 évadés, 11 était toujours en liberté et qu’il seront capturés «within hours».

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires