Parlement : Baisse de la demande en électricité due au retard des projets d’infrastructure

Avec le soutien de

La matérialisation de grands projets de développement, tels que ceux de Bagatelle, de la zone économique Jinfei ou encore de certains projets IRS, sont à l’origine de la révision à la baisse de la projection pour la demande d’énergie électrique.

La Private Notice Question du leader de l’opposition de ce mardi 19 avril aura permis au vice-Premier ministre, ministre de l’Energie et des Services publics, Rashid Beebeejaun, de s’expliquer sur la baisse conséquente des prévisions de la CEB pour nos besoins en électricité au cours des quatre prochaines années.

Des contretemps dans la mise en opération des grands projets de développement selon le calendrier initial est la principale raison de la baisse conséquente de la projection des besoins d’énergie pour le pays pour les quatre prochaines années, y compris l’année en cours.

Dans la première partie de sa PNQ, Paul Bérenger cherchait à connaître les raisons qui expliqueraient la différence entre les chiffres rendus public la semaine dernière de ceux publiés l’année dernière, suite à deux interpellations du député de l’opposition, Joe Lesjongard. En effet, les derniers chiffres disponibles sont nettement inférieurs à ceux obtenus en 2010.

«Des projets majeurs dont le lancement était prévu pour cette année ont maintenant attendus pour l’année prochaine», affirme le ministre de tutelle, Rashid Beebeejaun.

Ainsi, la demande maximale qui était attendue pour l’année en cours a été réduite de 24 mégawatts, passant de 438 MW à 414 MW. En 2012, elle sera de 430 MW au lieu des 469 MW prévus initialement. En 2013, la baisse des estimations est de 59 MW, passant de 509 MW à 450 MW, et en 2014 elles seront de 65 MW (passant de 529 MW à 464 MW).

Rashid Beebeejaun explique que, pour l’année en cours uniquement, le projet de développement foncier de Bagatelle exigera 7 MW d’électricité en moins que ce qui était initialement planifié, alors que pour le projet Jinfei à Riche-Terre , la demande sera inférieure de 3,5 MW.

Quant à la mise hors-service des vieilles turbines de la station de Saint-Louis, le ministre soutient que l’utilisation ces unités de production qui date de 1978 sont réduites au strict minimum. Il a ajouté qu’actuellement, malgré l’état de vieillissement de ces moteurs, ils fonctionnent «très bien». Leur mise hors-service, qui débute l’année prochaine, sera totalement effective en 2014.

En ce qu’il s’agit du projet d’une centrale de 100 mégawatts à base de charbon à Pointe-aux-Caves, rejeté par le gouvernement en janvier dernier, le ministre de l’Energie et des Services publics a indiqué que l’appel de CT Power est entendu par le tribunal d’appel de l’environnement depuis ce matin. Il s’est refusé à tout commentaire qui pourrait, selon lui, porté préjudice à cette audition.

Il a toutefois mentionné à ce sujet des allégations du promoteur à l’effet que le rapport de l’EIA Committee, sur lequel s’est basé le gouvernement pour rejeter le projet, aurait pu avoir été manipulé. Il a indiqué que des vérifications sont actuellement en cours au niveau de son ministère pour vérifier ces allégations.

Concernant le nouvel exercice d’appel d’offres annoncé par le gouvernement pour une centrale électrique avec une capacité de production identique à celle proposé par CT Power, Rashid Beebeejaun a soutenu que l’appel d’offres ne sera pas lancé avant les conclusions du tribunal d’appel de l’environnement. «Le CEB a entamé les procédures nécessaires pour la préparation des documents. Nous nous tenons prêt à aller de l’avant au cas où le tribunal rejette l’appel de CT Power», a déclaré le vice-Premier ministre.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires