Père Jocelyn Grégoire : « Pas question que la FCM devienne un parti politique »

Avec le soutien de

Le Père Jocelyn Grégoire maintient qu’il ne fera « jamais de la politique ». Il affirme qu’il « céderait » la présidence de la Fédération Créole Mauricien (FCM) si on décidait d’en faire un parti politique.

Le Père Jocelyn Grégoire, président de la Fédération Créole Mauricien (FCM), a tenu un rassemblement ce dimanche 31 juillet à Rose-Belle, le premier depuis son retour&nbsp à Maurice le vendredi 29 juillet après un séjour aux Etats-Unis. Dans une déclaration à la presse, il a dit vouloir mettre les points sur les «i» en précisant qu’il n’est pas question que la FCM « devienne un parti politique ».

« Si demain, quelqu’un souhaite prendre la FCM pour en faire un parti politique, je cèderais&nbsp ma place, car je ne suivrais pas cette voie », a-t-il déclaré avant d’ajouter que « mon leader c’est Jésus, mon leader n’est pas Ramgoolam, Bérenger, Jugnauth ou Duval. Je m’inspire de l’évangile pour aider les pauvres et la communauté créole ».

Il maintient, en effet, que la FCM n’est pas un parti politique. « La FCM est un mouvement qui travaille pour le bien-être de la communauté créole. Nous faisons en sorte que chacun puisse avoir sa place dans la société », a souligné le Père Grégoire.

« Dites-moi de prêcher la bonne parole de l’évangile, je le ferais. Dites-moi d’offrir des cours de psychologie, je le ferais. La politique, cela ne me concerne pas. Je n’ai aucun conseil à donner aux politiciens », a-t-il déclaré.

Le président du FCM a, cependant, voulu commenter la situation politique actuelle. « Les mariages de raison ne durent jamais », a-t-il lancé. « Je l’ai toujours dit, l’Alliance de l’Avenir n’est pas une alliance qui est en faveur de l’unité nationale. J’ai aussi dit que ce n’est pas à moi de favoriser une alliance au détriment d’une autre », a-t-il expliqué.

Il admet toutefois&nbsp avoir toujours eu de bonnes relations avec tous les partis politiques. « Et je continue à le faire. Toutefois, je ne suis pas là pour soutenir tel ou tel parti. Il y a eu des déclarations, dans le passé, qui ont été mal interprétées. Notre langage, nos négociations se font avec les politiciens, mais sans que nous nous positionnions comme un parti politique », a conclu le président de la FCM.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires