Ourites. Les pêcheurs réclament la fermeture de la saison

Avec le soutien de

Des pêcheurs déplorent que les ourites sont de plus en plus rares et petits

«Sitiasyon  pli pirr ki avan», s’insurgent des pêcheurs de Rodrigues.Ces derniers se disent favorables à la fermeture de la pêche aux ourites dès maintenant. Cela, parce que la population des ourites dans nos lagons est alarmante, disent-ils. Ces derniers déplorent ainsi la lenteur des autorités de prendre une telle décision.

Les pêcheurs reconnaissent que le premier projet de fermeture de pêche pendant deux mois en 2012 était concluant. Mais, à ce jour aucune fermeture n’est à l’horizon. Selon les pêcheurs, les autorités ont déjà prévu deux fermetures d’une durée d’un mois et demi mais, préviennent-ils, si elles n’agissent pas vite, le lagon va se vider.

«Ourit inn revinn parey avan fermtir, li pli rar ek li pli tipti», constate Judys, piqueuses d’ouritesdans la région de Fumier et PointeCoton. «Deza kot nou sitiasyon la pa ti tro korek akoz nou lamer pre ek brizan.»

Malgré cela, elle se dit convaincue de la pertinence de cette mesure. Elle suggère aussi de renforcer la surveillance. «Bizin remetsa mezir la, petet nou lamer ava refer.Mo ti pou kontan si resi ferm li parey koman lapes lasenn», conclut-elle.

Pour Jacques Désiré Laval Clair, de l’association des pêcheurs de Mourouk, le constat est tout aussi alarmant. Il avance qu’en sus du problème de la mise en oeuvre du projet, il y a des fraudeurs. «Problem seki noun retournà zero, bizin fer parti rekomanse.Noun mem envoy enn let komiserlapes (Ndlr Richard Payendee) poudir ki ena problem. Mem parc marindimoun frode gro lizour, bizin aretsa», déplore-t-il.

Du côté des autorités, elles avancent que le projet de fermeture de la pêche, pour la saison 2013, est en bonne voie. «Noustravaillons pour de nouveaux règlements.Cela, pour améliorer et assurerune mise en oeuvre plus pratiquenotamment dans l’organisation etl’aspect éducatif du projet», explique Henry Agathe, conseiller auprès du chef commissaire.

Il ajoute que de nouvelles mesures telles que des changements visant l’enregistrement des pêcheurs et le travail alternatif vont être proposées. Il a aussi confi rmé le soutien des bailleurs de fonds pour le projet de 2013.

Le projet financé par l’Union européenne, la Commission de l’océan Indien et l’Assemblée régionale de Rodrigues visait la régénération de la population des poulpes dans le lagon rodriguais tout en permettant aux femelles de se reproduire. Cette mesure avait touché plus de 1 300 pêcheurs qui, pendant cette période, exerçaient des travaux alternatifs durant deux semaines par mois contre un paiement de Rs 250 pour une demijournée de travail. L’opération a été très concluante avec plus de 50 tonnes d’ourites pêchés après deux mois de fermeture.

Henry Agathe rappelle que la fermeture de la pêche à l’ourite du 13 août au 12 octobre 2012 était réglementée par les Rodrigues Regional Assembly (Octopus closed season) Regulations 2012. Ils interdisaient la pêche et la vente des ourites pendant deux mois. Toute infraction était passible d’une amende variant de Rs 3 000 à 10 000 et d’une peine d’emprisonnement ne dépassant pas deux ans.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires