Opération de communication ratée pour le PMXD/MR

Avec le soutien de

S’il s’agissait d’une campagne marketing, les professionnels des relations publiques auraient qualifié la conférence de presse du nouveau couple PMXD/MR d’un parfait «spin».

Car la conférence de presse du Parti Mauricien Xavier Duval/Mouvement Républicain (PMXD/MR) du samedi 31 janvier était pleine de promesses: présentation des titulaires des différentes structures politiques du nouvellement parti lancé. Mais une fois l’exercice de communication entamée, point de Xavier-Luc Duval ou de Rama Valayden.

A la place, Jacques Panglose et Varen Andee représentent respectivement le PMXD et le MR. Au départ, l’assistance présente était prévenue que les intervenants allaient faire une «analyse de la situation politique» locale. Mais l’événement médiatique annoncé tournera autrement: le PMXD/MR fait une sortie en règle contre Ashok Jugnauth et l’alliance qu’il représente, le Mouvement Militant Mauricien/Parti Mauricien Socialiste Démocrate/Union Nationale.

«Comme l’a dit le leader de l’Alliance Sociale, cette élection n’aura aucun impact sur le paysage politique. C’est une bataille entre le Mouvement Socialiste Militant et le MMM», entonne Jacques Panglose. «Le Premier ministre dit qu’il préfère se concentrer sur l’économie, et le PMXD/MR trouve que c’est une décision très claire et très sage. De l’autre côté, Bérenger est en train de bluffer. Il n’ose même pas présenter un candidat propre à lui. » Le ton est donné.

«De plus, Paul Bérenger présente un candidat qui a été reconnu coupable par la plus haute instance judiciaire du pays de corruption électorale. Le leader du MMM a abordé un navire dont il a du mal à maintenir le gouvernail. Et à force de prendre n’importe qui à bord, il va droit au naufrage», soutient Jacques Panglose. Il poursuit en critiquant la décision d’Ashok Jugnauth de se présenter à nouveau comme candidat, et estime que, dans un autre pays, il n’aurait pas pu réaliser cela.

Au final, la «présentation des titulaires des différentes structures politiques» du PXMD/MR a été reléguée au dernier rang et s’est résumée à un document qui a été communiqué aux journalistes. Ce document d’une dizaine de pages met en avant les «responsables des commissions» et leur code de conduite.

Et, la cerise sur le gâteau, comme tout produit marketing, le document comporte aussi le fameux petit astérisque: «toutes les nominations sont temporaires et seront révisées une fois la constitution avalisée par nos membres.» En bref, une opération de communication complètement ratée du PMXD/MR.
&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires