Nomination Day: Rezistans ek Alternativ salue le courage des citoyens

Avec le soutien de

16 % des candidatures dans 21 circonscriptions, soit 104 sur 649, ont été rejetées par la Commission électorale pour non déclaration de l’appartenance ethnique. Rezistans ek Alternativ (R&ampA) affiche la satisfaction face aux nombreux citoyens qui ont répondu positivement à son appel.

L’action initiée par ce parti politique, en 2005, a eu un retentissement national pour les présentes législatives. En plus de 60 candidats présentés par la Platform pou enn Nouvou Konstitisyon – Sitoyennte, Egalite, Ekolozi (PNK - CEE), 44 autres citoyens se sont présentés comme indépendants.

Ainsi, 104 citoyens de la République de Maurice&nbsp n’ont pas eu&nbsp le droit à la députation pour avoir refusé de déclarer leur appartenance ethnique. Ce qui ne manquera pas de renforcer la position de ce parti politique auprès du Comité des Droits Humains des Nations Unis. R&ampA réclame un ordre de ce comité pour forcer l’Etat mauricien à prendre les mesures nécessaires afin de permettre à tous les citoyens mauriciens de participer activement à la vie politique et parlementaire de leur&nbsp pays. Ce droit est garanti aux citoyens du monde par la convention des droits humains dont Maurice est signataire.

«Nous saluons d’abord le courage de tous ces citoyens qui ont suivi notre mot d’ordre de se porter candidat en refusant de remplir la section 5 du Nonimation paper. L’action initiée par Resistans ek Alternativ a démontré que la constitution et le système politique communal interdisent toute participation aux citoyens qui affirment leur citoyenneté et n’autorisent que les candidats qui épousent la logique communale du système», affirme Ashok Subron.

Ce dernier insiste sur le fait que les élections générales prévues pour le 5 mai prochain seront «corrompues» par le communalisme ambiant dans le système électoral actuel. «Après le rejet de 16% des candidatures, il est clair que les élections de 2010 ne peuvent être ni démocratiques, ni free and fair», déplore le porte-parole de R&ampA.

Parmi les citoyens qui ont choisi de contester le caractère communaliste des lois électorales, on retrouve Shenaz Patel, écrivain qui a, elle, choisi de se présenter comme mauricienne sur le formulaire de candidature. «Je remercie R&ampA pour cette initiative qui nous offre une façon concrète de signifier le refus de la communalisation à outrance de notre vie politique et sociale. Je trouve aberrant et inacceptable qu’un citoyen mauricien puisse se voir refuser le droit de se déclarer Mauricien», déplore Shenaz Patel.

Yvan Martial, journaliste et chroniqueur de renom, s’est porté candidat dans la circonscription No. 8 (Moka-Quartier Militaire). Il a choisi, à travers cette action, d’affirmer sa mauricianité. Sa participation fait suite à sa prise de position dans un éditorial en 2005 en faveur de la démarche de R&ampA.

«Je pense que se porter candidat sans la revendication ethnique est une expression de liberté citoyenne qui ne lèse le droit d’aucun autre candidat. J’ai pensé qu’il ne suffisait pas de rester dans l’écrit et qu’il fallait passer à l’action. Je suis fier, et de ma candidature et de son rejet», explique Yvan Martial.

Les initiateurs de ce projet politique qui consiste à défier le système de Best Loser qui rend obligatoire la déclaration communale sur la fiche de candidature, refuse d’y voir une action ponctuelle qui n’aura pas de suite. Ils se proposent, donc, avec la participation des citoyens dont les candidatures ont été refusées,&nbsp de porter, une nouvelle fois, l’affaire devant la cour suprême.

D’ici mercredi, ils demanderont à l’instance judicaire de se prononcer sur le statut de la République de Maurice en ce qui concerne sa souveraineté et sa démocratie comme le décrit la constitution. Ils demanderont également à la cour suprême de se prononcer sur ce qu’ils considèrent être un viol de leurs droits fondamentaux garantis par la constitution sur la base d’un raisonnement communautariste.

Yvan Martial pense lui que cette action aura un retentissement international, surtout auprès des Nations-Unis. «Cela fera beaucoup de bruit sur le plan international et plus particulièrement qu’un citoyen sur six s’est vu refuser le droit de se porter candidat parce qu’ils ont affirmé leur mauricianité avant tout autre chose. Au niveau des Nations- Unis, cela renforce la position de R&ampA. En 2005, ils étaient 11 seulement. Aujourd’hui, nous sommes 104», se réjouit Yvan martial.

Shenaz Patel est, quant à elle, convaincu, que nos dirigeants ne pourront désormais faire la sourde oreille face à la revendication citoyenne. «En refusant de céder sa place dans un autobus, Rosa Parks a accompli une action symbolique qui a grandement contribué au mouvement pour les droits civiques aux Etats-Unis. L’action symbolique de ce 17 avril 2010, elle, démontre concrètement que 1 candidat sur 6 a été&nbsp privé du droit de prendre place dans le bus de la vie politique de son pays, juste parce qu’il voulait se déclarer citoyen mauricien. Le communalisme est une forme de racisme. L’injustice du système actuel est établie, nos dirigeants ne peuvent plus feindre de l’ignorer», soutient-elle.

Rezitans ek Alternativ ne s’arrêtera pas en si bon chemin et compte donner un mot d’ordre électoral avant le 5 mai prochain. «Dépendant du verdict de la Cour Suprême, R&ampA et la PNK-CEE lanceront un mot d’ordre pour les élections générales du 5 mai 2010», conclut Ashok Subron.


&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires