New Local Government Bill : Aimée a fait du copié-collé, affirme Pravind Jugnauth

Avec le soutien de

Le leader du parti soleil s’en prend au ministre des Collectivités locales. Il affirme que celui-ci n’a fait que reprendre le texte de loi préparé par feu James Burty David, son prédécesseur, sans y apporter de touches personnelles.
&nbsp
Au lieu d’une loi révolutionnaire qu’il avait annoncée en grande pompe et qui a causé le renvoi des élections municipales, le texte présenté par Hervé Aimée n’est en fait qu’une copie conforme du projet de loi préparé par feu James Burty David, en 2009. C’est l’affirmation faite par le leader du Mouvement socialiste militant (MSM) et ancien No. 4 du gouvernement lors d’une conférence de presse au Sun Trust, à Port-Louis, ce samedi 10 décembre.

Pravind Jugnauth explique que c’est seulement quelques éléments de ce projet de loi qui ont été biffés par Hervé Aimée, telle la proposition de permettre aux natifs de l’île résidant dans les pays du Commonwealth à pouvoir voter. « Navin Ramgoolam ine fou li ene raclé kan line vine ek sa », a-t-il lancé, ne tenant visiblement pas le ministre des Collectivités locales dans son cœur. Surtout quant à sa déclaration à l’effet que « élections na pas rempli ventre ».


Autre reproche de Pravind Jugnauth : la loi votée au Parlement cette semaine n’a pas tenu compte de la nécessité d’imposer un quota pour les femmes candidates. « Cela aurait alors jeté les bases pour une meilleure représentativité aux élections générales », lâche le leader du parti soleil.

« C’était une occasion en or. Au lieu d’un pas, on aurait fait un bond en avant. Mais le gouvernement est passé à côté. Le prétexte du Premier ministre est que la réforme électorale est en train d’être décidée par le Pr Carcassonne », poursuit Pravind Jugnauth. A l’instar du chef de l’opposition, Paul Bérenger, il insinue également que cette loi équivaut à un recul pour la démocratie locale et ne digère pas que les clauses liées à la délimitation des arrondissements aient été décidés sans consultation avec Sir Anerood Jugnauth, le Président de la République, et qui est aussi son père.


Pravind Jugnauth déplore également que cette loi accorde un droit de regard au ministre des Collectivités locales pour l’approbation d’un permis réclamé par un citoyen lambda. « Le gouvernement s’en servira pour persécuter les gens qui ont une opinion différente de la sienne », clame-t-il.


Le leader du MSM fustige par là même la décision du gouvernement de ne pas permettre le non cumul des mandants des députés. Ce qui ne fera qu’empêcher que des personnes de calibre servent les mairies et les conseils de district, dit-il.&nbsp
Pravind Jugnauth décrie aussi un manque « d’indépendance » au sein de la Local Government Service Commission (LGSC), trouvant « révoltant » que la fille du ministre Aimée y ait été installée. Sur les autres thèmes de l’actualité, tout comme Paul Bérenger, il a mentionné l’affaire Rehana Ameer, indiquant que Dan Callikan ne peut être éjecté de la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC) vu qu’il sert très bien la propagande du Parti Travailliste (PTr).

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires