Ned Charles, un Mauricien au service du foot belge

Avec le soutien de
Les années passent mais son ballon rond ne le quitte pas. Lui, c?est l?ancienne star du Racing Club de Maurice du milieu des années 70 et pionnier des footballeurs mauriciens ayant percé au haut niveau à l?étranger. Ned Charles est aujourd?hui responsable de l?entraînement technique des jeunes au Cercle de Bruges. De retour au bercail (en vacances seulement?), pour la première fois depuis cinq ans, Ned Charles n?a rien perdu de sa gentillesse et de son sourire naturel. C?est avec un enthousiasme non dissimulé qu?il a accepté de revenir sur son actualité, plus que jamais liée au football, avant de faire remonter les souvenirs de son brillant passé de joueur. Pour ses fans et les plus jeunes, ceux qui ne le connaissent que de nom? ?Même si je vis en Belgique et je me suis naturalisé, je suis toujours Mauricien dans mon coeur et je reviens ici avec plaisir. J?aimerai revenir vivre un jour et faire quelque chose de positif pour les jeunes?, nous dit Ned Charles, qui en connaît un rayon en ce qui concerne la formation des footballeurs. Notre compatriote, qui aura 47 ans la semaine prochaine, a, en effet, obtenu son diplôme d?entraîneur en 1985. Il vient de terminer son diplôme d?entraîneur de jeunes UEFA B, qui a duré trois ans, ce qui lui permet d?officier dans le monde entier (voir photo ci-contre). ?Les techniques évoluent tellement vite qu?il faut constamment suivre des cours pour être au courant des dernières méthodes en cours?, nous explique-t-il. Mais l?ancienne vedette du Racing s?occupe aussi de superviser des recrues pour l?équipe première de son club, souvent en D2 française où les joueurs sont moins chers. ?Je veux entraîner Bruges en D1 un jour?? Après 10 ans passés en tant qu?entraîneur d?une équipe provinciale cadets (SV Ostkamp), Ned Charles vient d?accéder à l?élite de la formation belge. Depuis l?année dernière, il est responsable de l?encadrement technique des jeunes du Cercle de Bruges, qui vient de se maintenir en première division (14e au classement). ?Le niveau technique de base des joueurs est en baisse en Europe et surtout en Belgique et certains clubs font des efforts pour se renforcer à ce niveau en recrutant des gens comme moi. Je m?occupe des minimes jusqu?à l?équipe réserve tous les jours, mais mon grand objectif c?est d?entraîner l?équipe première de Bruges un jour. D?ailleurs, l?entraîneur du Cercle vient de se faire limoger pour mauvais résultats récemment. Peut-être que mon heure sonnera un jour, j?ai un contrat de six ans avec eux??, raconte Ned Charles. Notre interlocuteur, qui a suivi avec assiduité le parcours du Club M aux Jeux des îles au jour le jour sur? le site internet de l?express, aimerait voir comment on travaille à Maurice au niveau de la formation. Il a même apporté des documents qui pourraient guider de jeunes entraîneurs. ?Je viens d?arriver (Ndlr : lundi), je n?ai pas encore vu le niveau du football ici, mais je serais très intéressé d?aller au Centre national de formation de football de Réduit et voir comment ils bossent.? L?entraîneur poursuit en expliquant comment la formation est un élément important, non sans répercussions sur la vie d?un joueur. ?Si on fait mal le travail de formation, on risque de brûler un joueur après 10 ou 15 ans. Ce sont des choses qui peuvent être évitées. Et puis le football change très vite. A Maurice, il y a encore des libéros qui jouent dix mètres derrière les joueurs alors que toutes les équipes de jeunes doivent évoluer en 4-3-3, comme en Belgique par exemple??, clame Charles, un vrai passionné, un féru de football et de technique. Pour la petite histoire, il donne le FC Porto vainqueur de la prochaine finale de la Ligue des champions, face à Monaco, parce qu?il les trouve ?nettement au-dessus techniquement?. Employé par Mazda Logistique Europe depuis maintenant 20 ans, notre compatriote n?a jamais délaissé sa passion pour le ballon rond et pense même à l?avenir des jeunes footballeurs mauriciens. ?La passion est toujours là, aujourd?hui je la transmets aux jeunes et je m?amuse beaucoup aux entraînements. À Maurice, il faudrait que nos jeunes participent à des tournois internationaux tous les ans, pour qu?ils se rendent compte du haut niveau et progressent plus vite. Il y en a en Espagne, en Belgique, partout. Le gouvernement doit faire un effort. Je peux aider et conseiller les personnes concernées dans ce sens.? PROFIL DE CARRIÈRE La Belgique, sa terre promise Si la carrière d?entraîneur de Ned Charles nous était jusque-là peu connue, celle de joueur va rappeler de bons souvenirs à ses fans et rafraîchir la mémoire des autres. Après des débuts au club régional de Jeanne D?Arc à Beau-Vallon, notre compatriote intègre le Racing Club de Maurice à 17 ans, en première division. Il constitue alors un tandem de choc avec Danny Imbert, au sein d?une formation qui compte pléthore de talents (Quélan Tombé, Gislain Kenny, Jean Florine) au milieu des années 70. Ned Charles récite ses gammes et devient champion de Maurice durant cinq années magnifiques. Du haut de ses 22 ans, il est alors repéré par un manager belge et part effectuer un essai au prestigieux club d?Anderlecht en 1979. ?Ce fut une grande expérience, dans un grand club européen avec des stars comme Aryan et Vercoutten, mais malheureusement ils avaient besoin d?un joueur prêt à jouer tout de suite en D1 mais je n?étais pas encore prêt??, se souvient notre interlocuteur, un brin nostalgique. Le Mauricien est alors contacté par le champion sortant de la Belgique, le Cercle de Bruges, qui l?engage pour deux saisons après un essai réussi. ?J?ai connu une première année difficile là-bas où j?ai dû m?adapter au terrain gelé et au froid. Mais j?ai beaucoup appris au contact de joueurs comme l?international français Didier Six. La deuxième saison fut meilleure puisque j?intégrais le noyau des 14 joueurs de l?équipe première.? C?est alors que survient une vilaine blessure aux adducteurs qui va empoisonner sa carrière. Peu emballé par le contrat que lui proposait le club de Bruges, il refuse de partir en D1 portugaise à Guimaraes et opte pour un club de troisième division : Le Puy en Velay, qui finira champion et accédera en D2. C?est à l?Union Namur, en D4 belge, que Ned Charles mettra fin à sa carrière de footballeur, accablé par ses problèmes d?adducteurs récurrents. Des regrets ? Un gros : celui de n?avoir jamais été sélectionné avec le Club M lorsqu?il était à l?étranger alors qu?il méritait sa place. Un problème de dirigeants soupire-t-il, mais heureusement que les expatriés sont beaucoup mieux considérés aujourd?hui ?
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires