Navin Ramgoolam soutient que le rapport CT Power a probablement été manipulé

Avec le soutien de

Les propos du Premier ministre sur CT Power ont atténué la tension hier, jeudi 14 avril, lors de la célébration officielle du nouvel an tamoul, après le discours du président&nbsp la Mauritius Tamil Temples Federation, Menon Murday. Encore une fois, ce dernier est revenu à la charge contre le gouvernement. (Photo : Menon Murday, président de la Mauritius de la fédération des temples tamouls et Navin Ramgoolam)

Lors de la célébration de Varusha Pirappu, le nouvel an tamoul, au centre Indira Gandhi, à Phoenix, ce jeudi 14 avril, Navin Ramgoolam a admis «qu’il y a beaucoup de magouilles dans le pays».

Il réagissait, à chaud, aux virulentes critiques de Menon Murday, président de la Mauritius Tamil Temples Federation (MTTF) à l’effet que son gouvernement aurait torpillé le projet CT Power. Présenté par un groupe malaisien, le projet visait à construire une centrale électrique dans la région de Pointe-aux-Caves, Albion.

Fidèle à son habitude, n’ayant pas la langue dans sa poche, Menon Murday a interpellé le chef du gouvernement sur plusieurs dossiers brûlants, l’accusant de stigmatiser les Mauriciens de culture tamoule.

Menon Murday a d’abord évoqué «un grand malaise et une grande frustration » au sein de la communauté tamoule. Surtout suite à l’abandon du projet CT Power justement piloté par des experts tamouls.

«Basée sur les dernières technologies, cette centrale qui aurait eu comme partenaire le Central Electricity Board (CEB), avait pour but de vendre de l’électricité à moitié prix, contrairement aux sucriers», a-t-il déclaré. Il a aussi repris son argumentation de l’an dernier quant au placement des membres de la communauté tamoule à des postes de responsabilité.

Menon Murday en appelle ainsi à un partage équitable à l’heure des nominations, car souligne-t-il, il ne faut pas oublier la communauté tamoule. Il a, également, tiré la sonnette d’alarme sur le manque d’enseignants de la langue tamoule dans les écoles primaires et secondaires.

«Contrairement à ce que le ministre de l’Education, Vasant Bunwaree a déclaré, nous avons suffisamment de diplômés sur le marché et je sollicite le Premier ministre pour qu’il résout ce problème au plus vite», a martelé le président de la MTTF.

Son discours a été chaudement applaudi dans cet auditorium plein à craquer. En réponse au président de la MTTF sur le cas CT Power, Navin Ramgoolam a précisé qu’il a toujours encouragé le projet mais que c’est le rapport défavorable du Pr Joël de Rosnay qui a fait qu’il ait été abandonné. Le rapport fait notamment état de l’impact du projet CT Power sur l’environnement.

«J’ai été surpris du contenu de ce rapport qui indique que le projet a des dangers potentiels sur l’environnement. Mais il n’y a aucune raison pour que je ne le revoie pas. Dans un souci de justice, il nous faut agir avec certitude et ne pas négliger l’aspect environnemental », a avancé le Premier ministre.

Navin Ramgoolam a même déclaré qu’il a eu des échos soulignant que le rapport aurait été manipulé. «Surtout qu’il y a beaucoup de magouilles dans le pays», a-t-il lâché, sans ménagement.

Auparavant, le chef du gouvernement a adhéré aux propos de son ministre des Technologies de l’information et de la communication, Tassarajen Pillay Chedumbrum. Ce dernier a, lors de son discours, essayé de calmer les esprits en déclarant «qu’il ne faut pas se morfondre sur les non-acquis mais qu’il faut exploiter à fond ce que nous possédons déjà».

Après plus de dix minutes, alors qu’il prenait toujours la parole, un membre de l’assistance a crié haut et fort : «Aret fer politique !» Ce qui n’a pas mis un frein à l’élan du ministre, qui a finalement conclu en disant qu’il y avait de la place pour tous.

La présence du Premier ministre aux fonctions de la MTTF a souvent donné lieu à des critiques à l’égard du gouvernement travailliste. Il y a un an, toujours lors de la célébration officielle du nouvel an tamoul, Menon Murday a publiquement sollicité Navin Ramgoolam pour qu’il y ait des candidats tamouls dans les circonscriptions où il y a toujours eu des candidats de cette communauté. A l’époque, la polémique portait sur le fait que Rama Sithanen avait été écarté au profit de Pravind Jugnauth, suite à l’alliance du Parti Travailliste (PTr) avec le Mouvement socialiste militant (MSM).

Egalement présent lors de l’événement, Paul Bérenger, le leader de l’opposition, qui a salué la préservation de leur culture par les Mauriciens d’origine tamoule.

&nbsp

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires