Navin Ramgoolam pourvoit les postes de ministre vacants et met le MSM au pied du mur

Avec le soutien de

Le Premier ministre a décidé d’attribuer les portefeuilles abandonnés par les six démissionnaires du Mouvement socialiste militant (MSM). Pravind Jugnauth avait affirmé que son appartenance à l’Alliance de l’Avenir serait remise en question sous cette condition.

Navin Ramgoolam s’est enfin prononcé sur ses intentions quant à la situation politique. Il nommera quatre nouveaux ministres ce soir et procédera à un remaniement ministériel. Lors d’un point de presse ce samedi 6 août, au bâtiment du Trésor, il a également fustigé l’ancien ministre orange, Showkutally Soodhun, pour son attitude qualifiée de « révoltante d’immoral et méprisable ».

Le nouveau cabinet ministériel de Navin Ramgoolam comprendra 23 ministres au lieu de 25 comme c’était le cas avant la démission des six ministres MSM. Les noms des nouveaux ministres et ainsi que la liste des nouvelles attributions seront rendus publics ce soir lors d’une allocution télévisée.

Navin Ramgoolam a, ce samedi après-midi, d’abord réitéré sa volonté de permettre à la Commission anti-corruption (ICAC) de travailler en toute indépendance.

« Jamais je n’ai interféré dans le fonctionnement des institutions. C’est le principe sur lequel j’ai toujours basé mes actions au service du pays », affirme le chef du gouvernement.

Navin Ramgoolam n’a pas mâché ses mots en ce qu’il s’agit de Showkutally Soodhun dont le nom a été cité comme celui qui serait la source des accusations portées par le leader de l’opposition à son encontre.

« Les informations qui ont été données par un ancien ministre du MSM et président de ce parti sont révoltantes, fausses, méprisables et d’une extrême gravité visant à nuire à ma réputation en tant que Premier ministre. C’est une conduite immorale et méprisable », a martelé Navin Ramgoolam.

Le Premier ministre s’est étonné qu’il n’y ait eu aucune dénonciation ni sanction contre Showkutally Soodhun. Visiblement, il s’attendait à des actions disciplinaires de la part de la direction du MSM.

Avant d’inviter les journalistes et la population à se brancher sur les chaînes de la télévision nationale ce soir, sans donner l’heure du rendez-vous, le Premier ministre a rappelé qu’il avait confié des ministères importants aux élus du MSM. Il a aussi évoqué le contexte économique actuel « extrêmement difficile ». Il a déclaré qu’il veut envoyer un signal fort à la population, ainsi qu’aux institutions financières internationales.

Navin Ramgoolam « envisagera » de répondre aux questions de la presse après son retour du Botswana.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires