Navin Ramgoolam en campagne

Avec le soutien de

Le Premier ministre a profité des célébrations du 109e anniversaire de l’anniversaire de la naissance de sir Seewoosagur Ramgoolam, à Kewal Nagar, pour lancer des critiques ciblées.

Au début même de son discours, le leader du PTr a précisé qu’il s’adressait à ceux qui votent. «Je m’excuse auprès de ceux ne comprennent pas le créole», souligne le Premier ministre à l’entame de son discours à l’intention des étrangers présents, dont des membres du corps diplomatique. Donnant par la même le ton d’un discours électoraliste. Débute dès lors un discours adressé aux électeurs. Une véritable diatribe contre ses détracteurs. A commencer par des journalistes qui, même s’ils n’ont pas d’agenda, demeurent l’une des cibles du leader rouge.

Comme tous les discours de campagne de Navin Ramgoolam, il n’a pas dérogé à la règle et en a profité pour régler ses comptes avec une section de la presse qui ne lui est pas assujettie. Outre de répondre aux critiques de la presse suite à ses attaques récurrentes, il a aussi invité les journalistes à se faire élire avant de dire quoi que soit. «Si vous ne pouvez pas vous faire élire, qu’est-ce que vous écrivez alors! Restez dans votre coin tranquillement!», s’exclame-t-il. Le Premier ministre se permit même, à un moment, de confondre journalistes et politiciens. «Ces semi-intellectuelles. Ils ne valent rien. Faites des élections et vous verrez quel pourcentage ils feront!», fulmine-t-il, visiblement perdu dans ses critiques.

D’autre part, le Navin Ramgoolam reprend le thème de la démocratisation de l’économie. Il affirme que beaucoup reste à faire dans ce domaine et que ce sera fait lors de son prochain mandat. «Nous voulons démocratiser l’économie et je vais le faire. Il reste beaucoup à faire. J’espère que dans le prochain mandat nous ferons encore plus», promet le leader de l’Alliance sociale. Navin Ramgoolam sait déjà qu’il sera jugé sur ce thème. Autant donc l’aborder dès maintenant…

De son côté, le ministre de l’Education, Vasant Bunwaree, a, lui, mis de l’avant les réalisations de SSR. En sus de l’éducation gratuite, il rappelle que l’ancien Premier ministre a aussi introduit la distribution de pain et de médicaments aux élèves mais également de tong qui était, selon lui, essentiel pour les jeunes de l’époque. «Si l’enfant, qui n’avait pas de chaussures, se faisait mal au pied à cette époque, il devait passer des jours et peut-être même des mois à l’hôpital», avance Vasant Bunwaree.

Autre fait manquant du discours du Premier ministre, c’est sa durée. En effet, Navin Ramgoolam s’est adressé à l’assistance pendant plus d’une heure. A la fin de cette longue allocution, la majorité de ceux présents devait s’empresser de quitter la salle verte érigée pour l’occasion, laissant les plus courageux profiter de la fête culturelle qui venait tout juste de commencer.


&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires