Navin Ramgoolam déplore que la presse n’a pas compris son message du 1er mai

Avec le soutien de

Le Premier ministre donne la réplique à ses détracteurs. Il estime que des journalistes n’ont pas compris le message qu’il a transmis lors du meeting de l’Alliance&nbsp de l’avenir à Vacoas, le 1er mai.&nbsp C’était lors d’une cérémonie marquant l’anniversaire de l’Arya Samaj à Port-Louis.

Dans un discours, prononcé à l’occasion du dévoilement d’un monument marquant le centième anniversaire du Arya Samaj de Port-Louis, au Jardin de la Compagnie ce dimanche 8 mai, Navin Ramgoolam a déclaré qu’il a passé de nombreux messages le 1er mai, mais que certains journalistes n’ont rien compris. « Je vais répéter ce message jusqu’a ce qu’on me comprenne », a-t-il dit.&nbsp Le Premeier ministre a aussi tenu à répondre à ceux qui disent, selon lui qu’il est un communaliste.
Prenant la parole devant une centaine d’invités, le chef du gouvernement a également mis l’accent sur l’importance de l’éducation. « L’Arya Samaj a contribué au développement social, culturel et politique de l’ile. Ce mouvement a toujours prôné l’ouverture d’esprit, la rationalité dans la croyance et la pratique des rituels, et l’universalité de l’homme. L’Arya Samaj a aussi eu une contribution majeure dans le domaine de l’éducation », a déclaré Navin Ramgoolam.

Le Premier ministre a, de surcroît, comparé la lutte du mouvement Arya Samaj à Maurice à celui des grands tribuns du PTr. « Ce mouvement s’est battu sans relâche, notamment dans les années 40 pour que l’ensemble des adultes ait le droit de vote à Maurice », a-t-il ajouté.

Le lord-maire, Mamade Khodabaccus, est lui d’avis que sans le dévouement des membres de l’Arya Samaj et d’autres mouvements similaires, les Mauriciens aurait perdu une partie importante de leur&nbsp identité. Il est revenu sur le travail des pionniers du mouvement socioculturel. « L’Arya Samaj a œuvré pour la justice sociale et pour une société progressiste », a-t-il expliqué.

Intérrogé par la presse sur l’affaire Neotown, Navin Ramgoolam s’est montré très évasif. « Discutons cela au parlement », a-t-il lancé. Il n’a pas non plus souhaité faire des commentaires concernant la polémique qui enfle quant à sa virulente sortie contre la presse, lors du meeting de l’Alliance de l’Avenir, le 1er mai, à Vacoas.

Le vice-premier ministre, Rashid Beebeejaun et d’autres personnalités étaient également présents à la cérémonie.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires