Navin Ramgoolam annonce que le kreol sera une langue optionnelle de l''enseignement

Avec le soutien de

Le Premier ministre affirme, une nouvelle fois, que le Kreol sera introduit une matière optionnelle dans le cursus scolaire.&nbsp au même titre que d’autres langues enseignées dans les écoles.

Lors des célébrations commémorant le 175e anniversaire de l’abolition de l’esclavage sur la plage du Morne, le lundi 1er février, le Premier ministre,&nbsp Navin Ramgoolam a consacré une bonne partie de son discours a la question de l’introduction du kreol à l’école.

Le Premier ministre a insisté que la langue kreol appartient à tous les Mauriciens.&nbsp « Le Kreol est la langue de tous les Mauriciens. Il ne faut pas qu’une langue soit associée à une ethnie. Il ne faut pas faire du Kreol une langue identitaire pour une section de la population» a déclaré Navin Ramgoolam.

Le chef du gouvernement a souligné que&nbsp le Kreol fait partie de notre patrimoine commun et que c’est la langue qui est comprise de tous les Mauriciens. Ainsi il a sa place à l’école. Les enseignants l’utilisent déjà quand ils en sentent besoin, dit-il.&nbsp «Il ne faut pas confondre idéologie et pédagogie. Je pense le bon sens demande que dans un tel contexte linguistique, le Kreol devienne une langue optionnelle à l’école. Et, avec le ministre de l’éducation, nous sommes en train d’y&nbsp travailler», a affirmé le Premier ministre.

On se souviendra Navin Ramgoolam s’était déjà prononcé pour l’introduction du Kreol dans le programme scolaire, le 17 octobre dernier. Il participait alors aux célébrations du deuxième anniversaire de la Fédération des Créoles Mauriciens.

Toutefois, une récente décision du ministère de l’Education semble être en contradiction avec la position du&nbsp chef du gouvernement. Ce ministère a refusé de donner son aval au Bureau de l’Education Catholique pour l’introduction, sur une base pilote, dans certaines de ses écoles le kreol comme medium d’enseignement.

Le Premier ministre avait, auparavant, exhorté tous les Mauriciens, à commencer par les politicien, à aider dans la&nbsp construction d’un patrimoine commun. «Il n’y a pas un patrimoine pour un seul groupe, une ethnie où une communauté. Je lance un appel à tous pour que l’unité nationale soit construite sur un patrimoine commun», a dit Navin Ramgoolam.


Le Premier ministre est revenu sur l’institution de la Commission Justice et Vérité. Il a salué Sylvio Michel, le leader des Verts –Fraternels, pour sa contribution dans le débat sur l’esclavage et dans la mise sur pied de la Commission Justice et Vérité.

Navin Ramgoolam estime que le travail de la Commission aidera à façonner la mémoire qu’on laissera aux générations futures. «J’ai toujours rêvé d’une Ile Maurice pour tous», a-t-il ajouté.

Le chef du gouvernement devait, également, se féliciter que l’Equal Opportunity Act ait été voté au Parlement. «Si vous faites une discrimination envers une personne c’est un délit puni par loi, maintenant», a-t-il annoncé,&nbsp en oubliant que cette loi n’a pas encore été proclamée.

Quant à l’invité d’honneur de ces célébrations, l’ancien Président du Mozambique Joaquim Chissano, il a mis l’accent sur le lien étroit qui unit Maurice et son pays. «L’esclavage a apporté à Maurice les meilleurs fils du Mozambique. C’est un lien fraternel qui nous unit» a-t-il lancé à l’assistance. «Mo mari kontan monn vinn Maurice (Je suis très content d’être à&nbsp Maurice)», a-t-il dit en kreol sous les applaudissements du public.&nbsp

Comme le veut le protocole, c’est le président de la République qui a pris la parole en dernier. Le chef de l’Etat a demandé&nbsp que le passé nous serve d’exemple pour l’avenir. Il a rappelé que c’est parce que les Mauriciens accordent une grande importance à la commémoration de l’Abolition de l’esclavage que « le gouvernement a décrété le 1er&nbsp février, jour férié».

La cérémonie protocolaire a ensuite laissé place à un spectacle culturel pendant lequel se sont produits plusieurs artistes mauriciens, dont Linzy Bacbotte, Frico Labelle et OSB Crew. La troupe Sorano du Sénégal devait aussi exécuter quelques chorégraphies.



&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires