Navin Ramgoolam : «Serge Petit n’a-t-il pas le droit de faire une petite erreur ?»

Avec le soutien de

Le Premier ministre, Navin Ramgoolam défend bec et ongles Serge Petit, le CEO d’Airports of Mauritius (AML) qui, dit-il, n’a fait qu’une «petite erreur». Il impute à la presse la responsabilité du désistement du juge Bushan Domah du procès Nandanee Soornack versus La Sentinelle et Le Mauricien.

Après un long silence et en pleine tempête médiatique sur l’affaire Nandanee Soornack, le leader du parti travailliste, Navin Ramgoolam, a réuni l’exécutif de son parti, ce vendredi soir 18 janvier, au square Guy Rozemont, à Port-Louis. Au terme de cette rencontre, qui a duré près de deux heures, il a fait une brève déclaration à la presse.

Il a notamment volé au secours de Serge Petit, le CEO d’AML. «Serge Petit n’a-t-il pas le droit de faire une petite erreur ? Il l’a rectifiée tout de suite. Il a fourni beaucoup d’informations, mais ça n`intéresse pas la presse. Les médias ne sont intéressés que par le petit rectificatif que Serge Petit a fait. Je ne veux pas accepter cela» a affirmé le Premier ministre. Serge Petit avait affirmé, lors d’une conférence de presse, hier, que l’activiste travailliste, Nandanee Soornack, n’a aucune activité commerciale à l’aéroport. Mais ces informations ont vites été contredites par la presse. Ce qui a poussé, Serge Petit à rectifier son erreur et présenter ses excuses quelques heures plus tard.

Navin Ramgoolam a aussi commenté le désistement du juge Bushan Domah, vendredi matin, dans le procès de Nandanee Soornack contre La Sentinelle et Le Mauricien. «C’est un juge de la Cour suprême. A-t-on le droit de critiquer un juge à ce point, de mettre en doute sa dignité ? Cela veut dire quoi ? Que la justice devrait faire ce que veut la presse ? Je trouve incroyable qu’un juge doit se récuser parce que les médias et l’opposition ont fait des attaques», a déclaré le chef du gouvernement.

Navin Ramgoolam devait adopter un ton menaçant envers la presse. «C’est un pays qui va à la dérive… des médias. Ils devront prendre leurs responsabilités. (…) J’ai l’impression que c’est la presse qui gouverne (…) Je vois que c’est la dictature des médias qui gouverne ce pays. On verra. Mo conten la guer mwa, mo pa per pou la guer», devait-il insister.&nbsp&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires