Navin Ramgoolam : « Les propos de Sir Anerood Jugnauth ont été mal interprétés »

Avec le soutien de

Lors d’un point de presse à Port-Louis, ce samedi 8 octobre, le Premier ministre a longuement commenté les évènements politiques qui ont secoué le pays récemment. Il lance un appel à l’apaisement et commente ses relations avec le Président de la République.

Trois semaines après les tensions politiques, Navin Ramgoolam a décidé de sortir de sa réserve pour lancer un appel au calme. Le Premier ministre s’est  abstenu de critiquer le Président de la République. 

Ce dernier, avait affirmé qu’il était prêt à démissionner dans l’intérêt du pays. La réplique de Navin Ramgoolam était attendue. Surprise. Le Premier ministre trouve  qu’il y a eu erreur d’interprétation. « Je pense que les propos du Président ont été mal interprétés. Il faut les replacer dans le contexte précis

Le chef du gouvernement estime que le Sir Anerood Jugnauth a confiance dans sa gestion des affaires de l’Etat. « Le président sait que le pays est entre de bonnes mains, c’est pour cela qu’il est toujours en poste », déclare Navin Ramgoolam.

Revenant sur son tête-à-tête hebdomadaire avec le président de la République, le Premier ministre a indiqué que Sir Anerood Jugnauth n’a aucunement l’intention de l’embarrasser dans son travail.  

Le chef du gouvernement a également réagi à la rencontre entre le président de la Fédération Créole Mauricien (FCM), et le chef de l’Etat, le vendredi 7 octobre. Ces derniers ont discuté de la promulgation de l’Equal Opportunities Act. « Peut-être que le Père Grégoire ne le sait pas, mais le président de la République, n’a rien à voir avec le calendrier parlementaire », indique-t-il.

Cependant si Sir Anerood Jugnauth a été épargné, son fils  Pravind  a en revanche eu droit à une sortie en règle du Premier ministre. « Les révélations de Pravind Jugnauth, sont ridicules », fulmine Navin Ramgoolam. 

Naufragés politiques

Il affirme que son gouvernement aurait eu toute l’estime du leader du Mouvement Socialiste Militant, s’il avait décidé d’intervenir dans l’enquête de l’Independent Commission against Corruption (ICAC). « Les institutions du pays, ont toute ma confiance et je n’ai jamais interféré dans une enquête », rappelle-t-il..

Navin Ramgoolam estime que le MSM regroupe des « naufragés politiques », qui sont en train de tout mettre en œuvre pour déstabiliser le pays, « uniquement au profit de leurs intérêts de famille». Le chef du gouvernement a ainsi rappelé que les prochaines législatives se tiendront dans quatre ans. « Prenez patience, je sais que c’est long surtout lorsqu’on est dans l’opposition »,  lance-t-il.

Le Premier ministre a aussi abordé la demande leader du MSM pour avoir accès aux procès-verbaux du conseil des ministres  afin d’assurer sa défense dans  l’affaire MedPoint. Pravind Jugnauth est accusé de conflits d’intérêts pour avoir, en sa capacité de ministre des Finances, donné son aval pour l’achat par l’Etat de cet établissement hospitalier appartenant à sa sœur et son beau-frère.   Navin Ramgoolam a avancé qu’il aurait lui aussi aimé que ces documents soient rendus publics, mais ce n’est pas lui qui décide. « Laissons la Cour Suprême décider», dit-il.

Toutefois, lorsqu’il s’agit du Mouvement Militant Mauricien (MMM), Navin Ramgoolam a été plus conciliant. Il affirme qu’il est disposé à travailler avec tous ceux ayant des principes. « Toutes les personnes ayant des valeurs doivent être en mesure de travailler ensemble », précise le Premier ministre.  Il dit  s’attendre à ce que l’opposition vienne jouer son rôle, tout en se montrant constructive.

Les propos du Parliamentary Private Secretary (PPS) Dhiraj Kamajeet ont aussi été commentés par le Premier ministre. Le PPS avait avoué avoir pratiqué le népotisme. Navin Ramgoolam a d’abord précisé qu’enregistrer une personne à son insu est un délit. Le PPS a, selon le chef du gouvernement, fait ses déclarations, alors qu’il était sous pression. « Ses mandants se sont déplacés jusqu’à son domicile et lui ont mis la pression. C’est une situation à laquelle beaucoup de politiciens font face »,  confie-t-il. Navin Ramgoolam, n’a cependant pas voulu faire plus de commentaires, invoquant le fait qu’il y a une enquête de la commission anti-corruption en cours.

Navin Ramgoolam a aussi tenu à dissiper les malentendus au sujet de la PPS Kalyanee Juggoo Il indique que cette dernière est fidèle au Parti Travailliste. « Il est tout à fait normal qu’il y ait des mécontentements lors d’un remaniement ministériel, mais le plus important c’est que tout est rentré dans l’ordre »,  affirme-t-il.

L’avenir économique du pays, a aussi été abordé par le chef du gouvernement. Il a déclaré qu’il va, sous peu, multiplier les rencontres avec le ministre des Finances, Xavier Luc Duval.  La sauvegarde de l’emploi et la croissance économique seront les priorités du prochain exercice budgétaire.
 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires