National Tripartite Forum : Zéro consensus entre les syndicalistes et la MEF

Avec le soutien de

Les syndicalistes rejettent en bloc les arguments avancés par la Mauritius Employers Federation (MEF) au National Tripartite Forum. Ce qui a provoqué une ambiance tendue entre les deux parties.

Les représentants syndicaux ont tous été unanimes ce mardi 6 septembre à la fin du premier National Tripartite Forum présidé par le nouveau ministre des Finances, Xavier-Luc Duval. Ils dénoncent l’argument de la MEF selon lequel le taux de productivité devra être pris en compte afin de déterminer le quantum de la compensation salariale.

Reeaz Chuttoo de la Confédération des Travailleurs du secteur privé (CTSP), va même jusqu’à qualifier leur discours de « démoniaque ». Du côté du gouvernement, Xavier-Luc Duval s’était entouré de Shakeel Mohamed, ministre du Travail, Michael Sik Yuen, ministre du Tourisme, Suttyadeo Moutia, ministre de la Fonction publique et Cader Sayed Hossen, ministre de l’Industrie et du Commerce, pour jouer aux arbitres.

« C’est quoi cette idée de compensation à condition que la compagnie réalise des profits ! Donc, il ne reste plus aux travailleurs d’aller faire une autre activité après le travail, comme voler ou se prostituer », s’interroge Reeaz Chuttoo. Ce dernier reproche également à la MEF ainsi qu’au ministre Duval d’avoir uniquement brosser un tableau économique et parler de la crise et non pas évoquer la situation sociale.&nbsp

« Cette réunion a été seulement un échange de documents avec pour résultat, rien de concret. Sans compter que cette réunion tripartite ne diffère nullement du National Wage Council (NWC) », déclare-t-il.

« Comme tous les précédents ministres des Finances, Xavier Duval n’a pas fourni des chiffres sur le taux d’alcoolisme, de violence domestique, de suicide ou encore de stress au travail. Nous lui avons demandé de prendre tout cela en compte quand il préparera son dossier en marge du budget. Ce à quoi il a été bon joueur », souligne le syndicaliste.

Reeaz Chuttoo ajoute que, néanmoins dans sa réplique, le ministre des Finances a avancé que les syndicalistes auront leur mot à dire lors de la réunion du comité technique avec les officiers du Central Statistics Office (CSO) pour décider du quantum de la compensation salariale. Celle-ci démarre demain, mercredi 7 septembre.

Atma Shanto, représentant de la Confédération syndicale de gauche (CSG-Solidarité), dit rejeter catégoriquement le fait que la MEF ait compilé elle-même les chiffres visant à quantifier le quantum de la compensation salariale. « Nous ne pouvons&nbsp nous baser sur leurs chiffres mais ceux de la Banque de Maurice et du Central Statistics Office. La CSG-Solidarité a suggéré qu’il est grand temps d’instituer un comité sur le salaire minimal et qu’il ne suffit pas d’une autre réunion tripartite comme l’a annoncé le ministre des Finances », a déclaré Atma Shanto.

Autre son de cloche du côté de la MEF. A sa sortie du National Tripartite Forum cet après-midi, son président, Clensy Appavoo s’est dit satisfait de cette première consultation et explique qu’il n’a pas été question de tensions avec les syndicalistes.

« Chacun défend ses arguments. Je peux agree to disagree. Je pense plutôt que nous avons eu droit à un dialogue social tout en expliquant la situation économique actuelle et les facteurs à prendre en compte pour déterminer la compensation salariale », a-t-il soutenu.

Il poursuit que la MEF&nbsp a déjà compilé quelques paramètres dans un mémoire&nbsp et dit attendre maintenant que le comité technique fasse ses calculs et donne ses premières indications. Clensy Appavoo conclut que la MEF croit dans le facteur et le capital humain et que toutes les parties doivent en sortir gagnantes.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires