Municipales : Ramgoolam ressort l’affaire MedPoint et fait d’autres « confidences »

Avec le soutien de

L’affaire MedPoint est la nouvelle carte maîtresse qu’abat Navin Ramgoolam maintenant que&nbsp la campagne pour le scrutin municipal vit ses dernières heures. Le leader travailliste cible en particulier Sir Anerood Jugnauth. Les rouges s’expliquent aussi sur les affaires Gro Derek et Hemant Bangaleea.&nbsp

Navin Ramgoolam a fait de MedPoint un des principaux thèmes de l’ultime étape de la campagne pour les élections municipales, dimanche 9 décembre 2012. Il a déclaré, vendredi soir 7 décembre, à Glen Park, que sir Anerood Jugnauth (SAJ)souhaite prendre le pouvoir pour enterrer, une fois pour toutes, cette affaire.

Une déclaration faite alors qu’Ashok Jugnauth était présent sur l’estrade. «S’il veut tant gagner les élections, c’est parce qu’il veut étouffer l’affaire MedPoint.S’ils prennent le pouvoir, ils le feront», a affirmé le Premier ministre à l’assistance,composée de quelque700 personnes, venues dansune dizaine d’autobus.Navin Ramgoolam aaussi dévoilé une conversation datant de l’époque où les ministres MSM avaient démissionné du gouvernement.

Il assure que SAJ lui aurait alors proposé defaire rentrer les démissionnaires dans les rangs, sauf Maya Hanoomanjee, s’il étouffait l’enquête.Les affaires Gro Derek et Bangaleea ont égalementété commentées hier. «Noufi nn fer lanket, pena nanye !» a martelé le chef du gouvernement, en faisant référence aux allégations portées contre HervéAimée dans le sillage de l’affaire Gro Derek. Et, il a affirmé ne pas être proched’Hemant Bangaleea, accusé d’escroquerie, avançant pour preuve le fait quel’activiste soit en détentionpolicière. «Swa dizan li prosar mwa. Kot li ete la ? Dankaso ! Plito ou pa pros armwa sa !» a-t-il ironisé.

Le leader du Parti travailliste est ensuite revenu sur les résultats des élections villageoises, clamant que son parti a raflé 104 villages, alors que l’opposition n’en aurait remporté que 19. «Si ces 19 ont réussi à se fau filer, c’est à cause de ladivision. Dans plusieurs villages, il y avait trois, quatre ou cinq groupements travaillistes qui se bagarraient entre eux», a soutenuNavin Ramgoolam.Et, le chef du gouvernement a défendu sa décision d’allouer le contrat pour lagestion du magasin duty-free à l’aéroport à une autre compagnie. Selon lui, la firme qui détenait le contrat depuis 2002 avait des liens avec les Jugnauth. «Ils disentdes faussetés sur moi ! Ils disent que je donne les business de l’aéroport à des femmes !Ils sont jaloux que les femmes m’aiment !»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires