Mouvement Militant Mauricien: La cible, c’est Rama Sithanen

Avec le soutien de

«L’heure est grave», déclare le leader de l’opposition au sujet de la situation économique du pays. On pouvait déjà sentir venir un long réquisitoire contre Rama Sithanen.

On ne s’est pas trompé. La cible est toute trouvée. Il est, encore une fois, question du ministre des Finances. Alors Paul Bérenger, leader du Mouvement Militant Mauricien, se jette sur sa proie favorite pour sa rituelle conférence du samedi. Il s’agit de «Rama Sithanen et sa bêtise». Paul Bérenger ne fait pas dans la dentelle. Il s’agit de remettre en question la crédibilité de Sithanen. Il est aussi revenu sur les précédentes déclarations du ministre des Finances sur la situation économique du pays.

«Sithanen avait dit dans son discours pour le budget 2006/07 qu’il allait combattre la mauvaise gestion et le gaspillage au sein de la fonction publique. Il annonçait aussi plusieurs réformes. Aujourd’hui, on constate que ce n’était que des paroles en l’air et la situation n’a fait qu’empirer. Il s’est discrédité et s’est une nouvelle fois ridiculisé», explique Paul Bérenger citant le dernier rapport de l’Audit en exemple. Et d’ajouter que «c’est la première fois qu’un directeur de l’Audit fait part publiquement de son découragement et il y a de quoi pour qu’il soit découragé.»

Cela dit, Paul Bérenger a annoncé que sa prochaine PNQ pourrait être axée sur le rapport de l’Audit. D’autre part, il se demande si le Gouvernement mettra en pratique les recommandations du Public Accounts Committee (PAC), suite aux gaspillages dénoncés dans le rapport.

Puis, c’est un leader de l’opposition offusqué et choqué qui s’est exprimé sur l’affaire des marchands ambulants. Il dénonce, encore une fois, la mauvaise gestion du&nbsp gouvernement de ce dossier. «C’est choquant que le gouvernement ait attendu le mois de décembre pour agir», dit-il sur un ton révolté. Il rappelle que le gouvernement MMM/MSM avait fourni des efforts considérables pour la construction du Hawkers Palace que «le fanatisme politique du gouvernement a transformé en hypermarché.»

Par ailleurs, Paul Bérenger a aussi déploré la «maladresse provocante» de Navin Ramgoolam lorsqu’il commentait les attentats de Mumbai. Il lui reproche d’avoir parlé de la présence «des marchands ambulants aux abords des ambassades qui l’irritait». Selon Paul Bérenger, les marchands ambulants auraient mal pris les propos du Premier ministre. Cependant, le leader de l’Opposition demande aux marchands ambulants de ne pas sombrer dans la violence.

Cette conférence de presse était, en fin de compte, un exercice de critiques contre le gouvernement. Le genre d’exercice qui laisse les débats dans des fins fonds de tiroir et où le «je dénonce» est légion.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires