Mondial 2014 : Les Bleus ont eu la force de rêver

Avec le soutien de

Les joueurs de l'équipe de France n'ont pas boudé leur plaisir mardi soir après avoir arraché leur qualification pour la Coupe du monde au Brésil au terme d'un match magnifique contre l'Ukraine (3-0) et dans une ambiance si rare au Stade de France.
 
Des plus jeunes - Paul Pogba ou Raphaël Varane - aux plus anciens comme Franck Ribéry, beaucoup ont évoqué un "rêve", un match qui restera, et ont dit avoir apprécié le soutien sans faille de supporters qui ont été, eux aussi, à la hauteur du rendez-vous.
 
"Ils nous ont donné beaucoup de force, on va les remercier", a dit Pogba, auteur d'un grand match dans un milieu de terrain à trois plus conforme à ses qualités de joueurs porté naturellement vers l'avant.
 
Mamadou Sakho, auteur du premier but et impliqué sur le troisième, a lui aussi salué le public avec lequel les joueurs ont longuement partagé leur bonheur sur la pelouse, de longs saluts jusqu'à une Marseillaise improvisée.
 
"C'est quelque chose de beau, de fort, d'extraordinaire pour tout un peuple. On a vu tout un stade derrière son équipe. L'ambiance était fabuleuse, on l'a senti dès l'échauffement", a dit le défenseur central de Liverpool.
 
"Il faut savourer parce qu'aujourd'hui, on est au Brésil. J'espère qu'on a réussi à conquérir beaucoup de coeurs."
 
Au-delà de l'ambiance et de la communion, les Bleus étaient heureux d'avoir renversé une situation bien compromise après la défaite 2-0 à Kiev, si compromise que peu y croyaient. Il faut dire qu'aucune équipe européenne n'avait jamais remonté un tel handicap en barrages.
 
"Ce soir on a réussi à marquer l'histoire", a lancé Sakho, à qui Pogba a fait écho : "On entre dans l'histoire quand même. C'est un rêve qui devient réalité. Partir au Brésil, ce serait fantastique."
 
Les joueurs ont fêté dignement l'événement, dans le vestiaire - "ça a dansé, c'est la base", a souri Pogba - et même devant la presse, qu'ils ont arrosé de boissons avant de venir lui parler.
 
Avant, ils avaient su mettre le sérieux nécessaire, l'engagement qui avait tant manqué à l'aller à Kiev.
 
"Ce qui a changé, c'est le combat physique, l'envie de gagner, de se qualifier", a dit Karim Benzema, auteur du second but et qui se projetait déjà sur l'été. "Il faudra répéter ce genre de matches (au Brésil). On l'a fait ce soir, on peut le refaire."
 
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires