Mondial 2010: l''Espagne bat le Chili (2-1) et retrouve la première place de son groupe

Avec le soutien de

En difficulté après son faux pas initial face à la Suisse, l''''Espagne a conclu son premier tour de Coupe du monde à la place attendue, la première du groupe H, en venant à bout du Chili 2-1 le vendredi 25 juin à Pretoria.

Ce résultat épargne aux Espagnols un huitième de finale face au Brésil, mais il leur offre un duel de haut niveau entre voisins puisque le Portugal les attend le mardi 29 juin au Cap. Leader fragile avant le dernier match, car une défaite conjuguée à une victoire de la Suisse pouvait l''éliminer malgré ses six points, le Chili défiera le Brésil le lundi 28 juin à Johannesburg.

Les champions d''Europe n''ont pas affiché une sérénité à toute épreuve dans ce match, mais les deux buts d''avance acquis à la pause grâce à David Villa et Andres Iniesta et l''expulsion sévère de Marco Estrada leur ont permis d''assurer la victoire, malgré la réduction du score de Rodrigo Millar.

Opposant deux des formations les plus réputées du moment pour leur jeu collectif, le match a tenu ses promesses pendant une heure, même si l''engagement a parfois pris le dessus. Les premières occasions sont pour Fernando Torres, d''abord d''une tête au-dessus sur un coup franc de Xavi Hernandez (4e minute), puis à la suite d''une mésentente dans la défense centrale chilienne qui voit le buteur de Liverpool surgir dans son dos mais placer son ballon au-dessus (5e minute).
Les Chiliens tentent de jouer et trouvent la faille sur une-deux qui profite à Juan Beausejour. Le joueur d''origine haïtienne entre dans la surface côté droit et sert en retrait Mark Gonzalez, mais celui-ci rate sa frappe en glissant (10e minute).

Puis c''est Marco Estrada qui teste Iker Casillas (12e minute), avant qu''Alexis Sanchez, à l''angle droit de la surface, dépose une "feuille morte" dans la lucarne opposée sur laquelle le portier madrilène concède le corner. La nervosité est palpable des deux côtés, où l''on sent que la moindre erreur peut coûter une place en huitièmes de finale, et les Chiliens accumulent les grosses fautes.

Gary Medel, Waldo Ponce et Marco Estrada sont avertis en l''espace de sept minutes, ce qui privera les Sud-Américains de leur charnière centrale Medel-Ponce face aux Brésiliens.

La partie est plus hachée et bascule sur une grosse erreur de Claudio Bravo, sorti à la rencontre de Torres le long de la touche alors qu''un défenseur était au duel. Il tacle le cuir qui revient dans les pieds de Villa, en embuscade quelques mètres derrière, et ce dernier fait admirer son adresse en expédiant sans contrôle le ballon au fond du but.

Cette ouverture du score soulage l''Espagne, pas souveraine derrière mais toujours dangereuse devant malgré un Torres approximatif, en manque de jus après sa longue convalescence. Monté sur un corner, Gerard Piqué place sa tête au-dessus (34e minute). Dans la foulée, Beausejour part en contre et se présente devant Casillas mais sa balle piquée est contrée par Piqué, revenu au sprint de l''autre bout du terrain.

Deux minutes plus tard, Torres s''arrache pour récupérer un ballon qu''il a lui-même perdu et entre dans la surface. Vidal l''écarte d''un coup d''épaule mais l''arbitre ne dit rien. Dans la minute suivante, le joueur de Liverpool s''écroule en pleine course, touché furtivement par Estrada. Mais l''essentiel est, dans l''immédiat, ailleurs: à droite, Villa trouve Iniesta, dont le plat du pied sans contrôle trompe Bravo.

L''Espagne vient de se mettre à l''abri et la "malice" de Torres lui donne un avantage supplémentaire: Estrada écope de son deuxième carton jaune et quitte ses partenaires. Sous la menace d''un but suisse qui l''éliminerait malgré ses deux victoires initiales, le Chili de Marcelo Bielsa doit vite redresser la barre. Le technicien argentin joue son va-tout et remplace dès le retour des vestiaires Jorge Valdivia et Mark Gonzalez par Esteban Paredes et Rodrigo Millar.

Ce choix s''avère instantanément payant. Alerté à l''entrée de la surface, Millar crochète et enroule sa frappe. Le ballon, dévié par le genou de Piqué, lobe Casillas (47e minute). Les Chiliens mordent dans cette entame de seconde période, exerçant un pressing constant. Del Bosque réagit en sortant Torres pour lancer Cesc Fabregas. La rencontre reste intense mais les occasions de but se raréfient, jusqu''à ce que Fabregas et Villa, passé dans l''axe, commencent à se trouver.

Le Gunner sert le néo-Barcelonais d''une belle louche mais Villa rate sa reprise (60e). S''ensuit une passe trop appuyée du premier pour le second (62e), un raid côté gauche d''Iniesta dont le ballon en retrait est sorti in extremis puis un nouveau mouvement de panique provoqué par Villa dans la surface (64e minute).

Ensuite ? Plus rien, à l''exception de quelques frappes sans danger. Le résultat semblait convenir aux deux formations.

Reuters

Voit aussi www.Footworld.mu, le site spécialisé de lexpress.mu

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires