Mondial 2010 : Groupe F - L''Italie en danger

Avec le soutien de

Championne du monde en titre, l''''Italie en est réduite à jouer sa qualification pour les huitièmes de finale du Mondial sud-africain dans son dernier match du groupe F.

La Squadra Azzurra s''est singulièrement compliqué la tâche en concédant deux matches nuls contre le Paraguay (1-1) et la Nouvelle-Zélande (1-1) après avoir été à chaque fois menée au score.

S''il lui suffit, pour passer ce premier tour, de gagner contre une Slovaquie peu convaincante depuis le début du tournoi, l''équipe de Marcello Lippi n''a pas encore offert d''argument convaincant quant à sa capacité à hisser son niveau de jeu au cours des prochains matches, comme c''est souvent son habitude.

Comme le craignait la presse transalpine, le patron de la défense Fabio Cannavaro est émoussé et porte en grande partie la responsabilité des deux buts encaissés jusqu''ici par l''équipe.

Devant, l''Italie peine à trouver un créateur et ses attaquants se distinguent par leur manque d''inventivité, qu''ils compensent à l''énergie.

Lippi table sur le retour d''Andrea Pirlo, le maître à jouer des champions de 2006, absent des deux premiers matches pour cause de blessure au mollet.

"Il a beaucoup d''expérience. Il n''est jamais submergé par l''émotion. C''est un vrai meneur pour cette équipe et son absence pèse beaucoup", souligne l''ancien international azzurro Giuseppe Bergomi, champion du monde en 1982.

Le meneur du Milan AC a participé lundi à sa première séance d''entraînement complète depuis le début du Mondial, mais il reste incertain contre les Slovaques.

Solide Paraguay

Ces derniers, s''ils gagnent contre les Italiens et que les Néo-Zélandais ne l''emportent pas contre le Paraguay, peuvent espérer se qualifier et se mettent à rêver.

"L''Italie est sous forte pression maintenant. C''était censé être un groupe facile pour elle", souligne l''attaquant Filip Holosko. "Nous, nous n''avons pas obligation de nous qualifier. Ce serait juste une bonne surprise."

A l''image de son futur adversaire, la Slovaquie n''a guère brillé par son efficacité, les Marek Hamsik et Vladimir Weiss n''ont pas montré la créativité qu''on leur prêtait au vu des matches qualificatifs (22 buts en dix matches), lorsqu''ils gavaient de ballons les Stanislav Sestak ou Robert Vittek.

La tension est palpable dans le camp slovaque et le sélectionneur Vladimir Weiss, père du milieu de terrain des Bolton Wanderers, est resté moins de 40 secondes face aux micros lundi, mécontent des critiques de la presse sur le jeu pratiqué par son équipe.

Le Paraguay, lui, a de quoi être serein et peut espérer enfin dépasser le stade des huitièmes de finale d''une Coupe du monde.
L''Albirroja est l''équipe la mieux placée du groupe F, la seule à avoir engrangé une victoire, et pourra se contenter d''un match nul contre la Nouvelle-Zélande, a priori à la portée d''une équipe qui a battu le Brésil et l''Argentine en éliminatoires de l''Amérique du Sud.

Le succès contre la Slovaquie a donné confiance aux joueurs de Gerardo Martino. "Le Paraguay est fier d''être une équipe joueuse et solide en même temps", déclare son attaquant vedette Roque Santa Cruz.

S''ils finissent premiers de leur groupe, les Paraguayens éviteront probablement les Pays-Bas en huitièmes.

Le groupe F pourrait aussi réserver une surprise. Si les deux matches s''achèvent sur des matches nuls identiques, l''Italie et la Nouvelle-Zélande seront à égalité parfaite et devront être départagées au tirage au sort.

(Source : Reuters)

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires