MMM-MSM : Sir Anerood Jugnauth se tait et Bérenger réclame la confiance de ses lieutenants

Avec le soutien de

Après la ratification par le Comité central mauve du principe d’une réédition de l’alliance de 2000, le Premier ministre a réagi promptement en poussant sir Anerood Jugnauth au pied du mur. Alors que ce dernier garde le silence, Paul Bérenger demande à ses lieutenants de lui accorder une confiance totale quant à la suite des événements.

Quelques minutes après la brève déclaration de Navin Ramgoolam invitant Sir Anerood Jugnauth à préciser sa position par rapport à une alliance MMM-MSM, le Bureau politique mauve se réunissait à Rose-Hill, le lundi 5 mars. Au cours de la réunion, les dirigeants mauves ont eu l’occasion de passer en revue les propos du chef du gouvernement. Toutefois, selon nos informations, ce qui semblait le plus intéresser les membres de l’instance dirigeante du MMM, c’était la suite des événements.

Une question à laquelle très peu d’éclaircissements ont été donnés à ceux qui jouent peut-être leur avenir politique sur un coup de poker de leur leader. Ce dernier réclame une confiance totale de la part de son Bureau politique sur la suite des événements. « Je sais ce que je fais », aurait déclaré le leader du MMM à ses principaux lieutenants.

Paul Bérenger aurait également laissé entendre qu’il compte bien se servir de « la position de force dans laquelle se trouvent les mauves actuellement » dans les négociations avec le MSM. Du moins, c’est ce que certains dirigeants du principal parti d’opposition ont cru comprendre.

En attendant Paul Bérenger qui a promis de multiplier les contacts avec le MSM reçoit les dirigeants dont le fils de sir Anerood Jugnauth, Pravind, leader du MSM, à son domicile, à Riverwalk, dès ce mercredi après-midi.

Par ailleurs, l’allié du PTr, le Parti mauricien social démocrate (PMSD), a aussi donné de la voix. Le porte-parole des bleus, Lindsay Morvan, affirme après une rencontre avec son leader que le président de la République a été pris au piège.

« Après avoir analysé la situation nous pensons que Sir Anerood Jugnauth a été piégé par Paul Bérenger. Mais au-delà de cela, il est très important que qu’un président qui est supposé être au-dessus de la mêlée politique soit présenté comme un challenger au poste de Premier ministre. Il est de son devoir de clarifier la situation pour éviter une crise de confiance dans les affaires de l’Etat », soutient Lindsay Morvan.

Le Comité central avait le samedi 4 mars voté en faveur d’une éventuelle nouvelle alliance entre le MMM et le MSM, selon les modalités de celle contractée en 2000, c’est-à-dire avec l’actuel président de la République à sa tête.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires