MITD : Dénonciation de trois cadres pour répression et de la présence d’agents politiques

Avec le soutien de

L’un des syndicats du Mauritius Institute of Training and Development tire la sonnette d’alarme sur la situation au sein de cette institution. La MITD Employees Union dénonce la prolifération des agents politiques.

Les employés du MITD disent vivre dans la peur. Trois cadres y sèmeraient la terreur, distribuant des avertissements à tort et à travers et procédant à des transferts punitifs. La MITD Employees Union dit avoir protesté en vain contre ces agissements.

Lors d’une conférence de presse ce vendredi 13 janvier au Centre social Marie-Reine-de-la-Paix, ils font état de plusieurs problèmes au sein du Mauritius Institute of Training and Development. Dont les représailles à leur encontre par ces trois cadres.

Dernier exemple en date selon Hemandar Madhow, président de ce syndicat : des SMS envoyés aux employés syndiqués par un assistant manager.

« Nos membres sont la cible de ces personnes. L’Assistant Manager a envoyé un SMS à un de nos membres. Il lui dit de continuer à rêver s’il croit être promu. Ce membre a reçu des appels menaçants. Je demande au plus vite l’intervention du ministre de tutelle et aussi celle du Premier ministre. Ces agissements doivent cesser. Les trois cadres font la pluie et le beau temps. », estime le président de ce syndicat.

Hemandar Madhow affirme avoir été transféré pour avoir tenu une conférence de presse. « Je dois donner des explications sur mes activités syndicales. Lorsque j’ai animé une conférence de presse l’an dernier, on m’a informé que je n’ai pas le droit de parler aux journalistes », confie le syndicaliste.


Selon lui, il y a des cas de favoritisme au sein du MITD. « Nous avons dénoncé ces cas à plusieurs reprises, mais le recrutement continue de plus belle. Beaucoup sont ceux qui ne sont pas qualifiés », souligne-t-il.

La Mauritius Institute of Training and Development Employees Union allègue que les contrats pour la fourniture pour les cours sont accordés à certains privilégiés du pouvoir.

Le syndicat s’est d’ailleurs rendu ce vendredi à la commission anti-corruption pour remettre un dossier sur la mauvaise gestion de l’institution.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires