Mission du PM : La Réunion et Maurice vendues comme «destination duo» touristique

Avec le soutien de

La Réunion et Maurice vendues comme une destination duo. C’est la décision prise hier, lundi 24 janvier, dans le cadre de la visite du Premier ministre, Navin Ramgoolam, à La Réunion, lors d’un atelier commun sur le tourisme, l’économie, le développement durable, l’énergie et la santé.( Photo : Navin Ramgoolam, Didier Robert et Marie-Luce Penchard.)

Une importante décision a été prise en ce qui concerne le tourisme mauricien et réunionnais. C’était lors de la première journée du séjour du Premier ministre à la tête d’une délégation composée des secteurs privé et public, à l’île sœur.

Invitée aux côtés du Chef du gouvernement mauricien au journal télévisé sur la chaîne Réunion Première, la ministre française de l’Outre-mer, Marie-Luce Penchard, a souligné qu’une première action concrète a été réalisée avec la décision de vendre Maurice et la Réunion comme une destination duo.

Ainsi, lors d’un atelier de travail sur le tourisme, l’économie, le développement durable, l’énergie et la santé, une série d''''accords de coopération sur ces différents secteurs ont été signés. Le concept Iles Vanille était une fois de plus à l’agenda, pour démontrer l’intérêt des deux pays à réaliser cet objectif commun.

Notons que le projet Iles Vanille, qui regroupe les îles de l’océan Indien, notamment les Seychelles, Madagascar, La Réunion et Maurice, prévoit la vente des combinés de destinations, afin d’accroître la visibilité de la région.

Le problème qui se posait jusqu’à présent était le visa pour les touristes asiatiques afin qu’ils puissent accéder au territoire réunionnais.

Marie-Luce Penchard a affirmé que les discussions ont été positives et que «tout part dans le bons sens». Elle avance, en outre, que la libre circulation est primordiale entre les deux pays, d’où l’assouplissement de 150 mesures, dont une qui engagera très rapidement une expérimentation pour les étrangers qui achèteront leurs voyages avec des agents agréés français.

Ils comptent ainsi élargir cette mesure afin d’accueillir d’autres touristes de l’Inde et de la Chine sur le territoire français.
«Maurice a des atouts considérables dans le tourisme et La Réunion a été inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. Les recettes touristiques qui en dégageraient, soit deux cent millions d’euros supplémentaires ne sont pas négligeables. L’océan Indien peut ainsi se reconnaître avec le couple Maurice-Réunion», a-t-elle soutenu.

Le président du Conseil Régional de La Réunion, Didier Robert, ainsi que le ministre mauricien du Tourisme, Nando Bodha, estiment tous deux que les deux îles sont complémentaires : les plages de rêve de Maurice et le tourisme vert de la Réunion.

Didier Robert a parlé de «partenariat gagnant-gagnant sur la base d''une stratégie qui sera payante sur le long terme pour nos deux îles».&nbsp&nbsp Nando Bodha a, une fois de plus, évoqué le marché asiatique que cible notamment Maurice, dans le but de ne plus dépendre uniquement du marché euro.

«Les touristes ne veulent plus rester longtemps dans un seul lieu. Ils veulent découvrir, visiter et le duo Maurice-Réunion sera idéal pour les touristes chinois et indiens», a-t-il déclaré.

A noter que le combiné Maurice-Réunion se vendent déjà chez certains tour-opérateurs mauriciens et qu’il est spécialement prisé par les Français et les Sud-africains.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires